Rechercher :


Mise en ligne le 18/10/2018 09:20:03 Référence : 47313

Les grandes villes bientôt autorisées à instaurer des péages urbains ?

L'avant-projet de loi d'orientation des mobilités, qui sera présenté au conseil des ministres début novembre, prévoit de donner la possibilité aux agglomérations de plus de 100 000 habitants de se doter d'un péage urbain. Objectif : lutter contre la pollution par des « tarifs de congestion ». Charge à la collectivité de définir les heures d'application du tarif et les prix, limités à 2,50 euros sauf pour Paris, Marseille et Lyon qui pourront demander 5 euros. À titre de comparaison, le tarif est équivalent à un peu plus de 9 euros à Londres. Attention, les camions pourront payer jusqu'à quatre fois plus, soit 20 euros pour Paris ! Les usagers pourront utiliser un système de « téléservice » pour s'acquitter du péage avant le franchissement du périmètre de la zone. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 18/10/2018 08:57:25 Référence : 47309

5 000 Robots dans Les entrepôts XPO en Amérique du Nord et en Europe

Meilleure productivité, délais de plus en plus courts... Pour soutenir la course, XPO Logistics déploie 5 000 robots collaboratifs intelligents sur ses sites logistiques en Amérique du Nord et en Europe. Ces robots, conçus avec GreyOrange, lui sont conviés en exclusivité. Chacun peut déplacer un rack pouvant peser de 450 à 1 500 kg, pour l'apporter à un poste où un opérateur peut exécuter simultanément jusqu'à 48 commandes. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 18/10/2018 08:54:36 Référence : 47308

Pour éviter le risque de perte de pneus

Les roues de PL qui se détachent et viennent percuter d'autres véhicules à pleine vitesse peuvent provoquer de gros dégâts. Le desserrage des écrous est le plus souvent dû aux vibrations, à la surcharge ou aux écarts de température. Pour éviter ça, le dispositif Sécuriveur a été mis au point par l'entreprise bordelaise éponyme. C'est en fait un enjoliveur qui vient s'encastrer et river les écrous afin qu'ils ne bougent plus. « Ce système est infaillible, soutient Sécuriveur, contrairement aux autres systèmes existants, comme des écrous qui ne peuvent pas se desserrer ou des index qui vous montrent que l'écrou est desserré, mais qu'il faut observer ». - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 18/10/2018 08:50:55 Référence : 47310

80 km/h : l'accès aux données de l'accidentalité routière est demandé

Un Comité indépendant d'évaluation des 80 km/h s'est constitué, avec Pierre Chasseray (de 40 millions d'automobilistes) comme secrétaire et porte-parole. Il s'est donné pour mission de mesurer l'efficacité et la pertinence de cette mesure en termes d'amélioration de la mortalité et de l'accidentalité routières, pour confronter ces résultats aux problèmes de mobilité et aux coûts économiques et sociaux que les 80 km/h entraînent. Pour une totale transparence, il demande donc au ministère de l'Intérieur d'avoir accès à des éléments précis et non contestables, telles les données brutes de la mortalité routière et les bulletins d'analyse des accidents corporels (fichiers BAAC). - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 17/10/2018 16:19:42 Référence : 47307

Aude : un camion de denrées alimentaires pillé

Dans la nuit de mardi à mercredi, cinq personnes ont été interpellées alors qu'elles pillaient un camion de denrées alimentaires laissé sans surveillance entre les communes de Barbaira et Trèbes, très touchées par les inondations de l'Aude. Les individus (apparemment trois hommes et de deux femmes) ont été interpellés en flagrant délit. Pour prévenir ce type de débordements, des militaires et des gendarmes ont été postés dès la nuit de lundi à mardi dans les quatre communes les plus exposées : Conques-sur-Obiel, Villegailhenc, Trèbes et Pezens. Sans nouvelles du sort du conducteur de l'ensemble, on espère qu'il a pu s'en tirer... Mais il ne semble pas que des victimes sont à déplorer dans cette zone précise. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 17/10/2018 12:45:42 Référence : 47306

6 000 euros d'amende pour transport de produits inflammables

Dans le Maine-et-Loire, des contrôleurs sont tombés sur un routier transportant 20 t d'aérosols inflammables dans la tranchée couverte de l'autoroute A11, dans le sens Nantes-Paris, ce qui est totalement interdit. Qui plus est, il circulait sans extincteur, sans lot de protection individuel à bord et sans aucune consigne écrite pour bien intervenir en cas d'accident. Le conducteur, un Roumain, a dû régler une amende de 6 000 euros et a vu son véhicule immobilisé durant deux jours, charge à lui de le faire remettre aux normes afin de repartir. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 17/10/2018 08:40:28 Référence : 47300

1 000 unités du grand-routier à hydrogène Hyundai en Suisse d'ici 2024 ?

Le camion électrique alimenté par pile à combustible (hydrogène) annoncé par la division VI de Hyundai n'a finalement pas fait son apparition sur le salon IAA. Effet d'annonce, à l'instar de son concurrent Tesla ? Il semble pourtant que la firme sud-coréenne ait décidé de passer à l'étape de la commercialisation puisqu'elle a signé en marge de l'IAA un partenariat avec le fournisseur suisse d'hydrogène H2 Energy, avec lequel elle a dessiné ce futur grand-routier à hydrogène. Entre 2019 et 2024, Hyundai compte en effet en mettre 1 000 unités sur le marché suisse, en visant d'abord l'Europe.
La firme asiatique a aussi l'intention d'implanter une chaîne d'approvisionnement en bio-hydrogène en Suisse. Selon le patron de Hyundai, l'avancée du projet dépendra des politiques gouvernementales des différents pays où les camions électriques Hyundai pourraient être appelés à circuler, en précisant que le système de pile à combustible du futur camion compte huit réservoirs d'hydrogène distincts et affiche une puissance de 250 ch. L'autonomie du véhicule est estimée à 400 km. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 17/10/2018 08:38:02 Référence : 47299

Un malaxeur hybride-électrique qui récupère l'énergie du Stralis GNC

On a pu voir sur l'IAA un Stralis Iveco (de 400 ch) au bioGNC équipé du malaxeur hybride électrique Energya de Cifa dont le moteur électrique (alimenté par une batterie au lithium) récupère l'énergie cinétique générée par le camion lors du freinage. Comme pour toutes les énergies alternatives, le gain est à la fois la baisse des émissions de CO2 et le silence de fonctionnement, mais aussi une charge utile optimale. Les Transports Jacky Perrenot ont réceptionné sur le salon le premier exemplaire d'une commande de 5 unités. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 17/10/2018 08:36:07 Référence : 47298

Un nouveau type de fraude au tachygraphe

Lors d'une opération menée dans le Morbihan, les contrôleurs des transports terrestres ont découvert sur un ensemble routier immatriculé en Pologne un nouveau type de fraude au tachygraphe. Ce dispositif pirate consiste en l'insertion d'une mini clé USB dans un port caché derrière le tableau de bord qui neutralise tout enregistrement de conduite tout en conservant active l'information vitesse. Cette manipulation permet de masquer les temps réels de conduite. Il s'agit donc d'une modification interne du software du chronotachygraphe. L'infraction retenue par les contrôleurs est la modification du dispositif destiné au contrôle des conditions de travail dans les transports routiers. Ce délit est passible d'une amende de 30 000 euros et d'une peine d'emprisonnement d'un an maximum. Le montant de la consignation (somme due pour lever l'immobilisation du véhicule) a été fixé à 4 500 euros par le procureur de la République auprès du Tribunal de grande instance de Lorient. Le transporteur devra en sus s'acquitter des frais de remise en conformité de l'appareil qui s'élèvent à plus de 3 000 euros. En 2017, 20 % des véhicules contrôlés étaient en infraction, dont plus d'une sur deux portait sur le non-respect de la réglementation sociale européenne. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 16/10/2018 12:24:48 Référence : 47296

Thomas Robineau (Man G-Truck) encore tout retourné

Le superbe championnat de France 2018 s'est achevé dimanche à Albi par un accrochage entre les deux leaders, au départ de l'ultime manche. Le Team Robineau explique sur son site pourquoi il n'a pas fait appel afin de contester l'attribution du titre 2018 à Anthony Janiec (Man Lion truck) : « Nous pensions pouvoir terminer cette saison 2018 du Championnat de France Camions dans d'autres conditions. Toute la saison les 2 pilotes se sont livré des batailles à couteaux serrés. Avantage Robineau au Castellet et à Albi, Avantage Janiec à Nogaro et au Mans, Egalité à Magny-Cours et Charade! Alors forcément arriver à Albi à égalité au Championnat le week-end était décisif. Déjà en Pôle Position le samedi, Thomas avait frappé fort. Le départ de la course 1 est très discutable, mais la direction de course avait tranché et signalé un fait de course. Le Team Robineau perdait la tête pour 0.5 points. Le dimanche, nouvelle pole pour Thomas qui concrétise par la victoire en course 3. La course 4, ultime course de la saison allait être décisive. Si Thomas est devant A.Janiec, c'est gagné et vice-versa. Mais voila, la pression a été trop grande pour A.Janiec et son changement de trajectoire est inqualifiable. La direction de course et le collège ont classé cela en fait de course, nous acceptons cette décision à contre-coeur car l'équipe ne peut dépenser les 3300 euros pour faire appel. Depuis la création de l'équipe en 1983, le fair-play, la sportivité et l'intégrité ont toujours fait partie de nos valeurs fondatrices comme beaucoup d'équipes. A croire que ce nouveau Championnat de France Camions n'est pas monté sur ces fondamentaux. Le Team Robineau rentre ce jour en Sarthe sans le titre de Champion et avec un camion HS. On va changer nos plans pour la prochaine saison. L'hiver va être long pour nos bénévoles, mais ils ont encore prouvé cette année que ce n'était pas des professionnels mais bien les meilleurs ! On ne pensait pas publier de vidéo. Mais notre concurrent l'a fait, alors on se donne droit de réponse ».

Voir la vidéo sur Facebook

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 16/10/2018 09:14:55 Référence : 47294

Un Stralis au gaz doté d'un groupe frigo sans diesel autonome

Iveco et Carrier Transicold ont présenté à l'IAA un 26-tonnes porteur Stralis NP de 400 ch équipé pour la première fois d'un groupe frigo dont le compresseur est alimenté au gaz. Cette technologie est baptisée Supra CNG par Carrier Transicold. Le véhicule comme le groupe frigorifique fonctionnent grâce à des moteurs stœchiométriques au gaz naturel équipés de catalyseurs à 3 voies. Un peu trop technique comme explication pour le commun des mortels, mais il faut retenir que cela se traduit par un taux très faible de Nox et de particules (respectivement -90 et -99 % par rapport au diesel) et surtout par un grand silence de fonctionnement, avec une certification Piek pour le camion et pour le groupe (avec respectivement -71 et -60 dBA). L'autonomie du 26-tonnes GNC peut aller jusqu'à 1 000 km, et le moteur Carrier est alimenté à partir de quatre réservoirs de GNC dédiés, montés en série sur le châssis. Le gros intérêt hormis les émissions faibles et le silence et le fonctionnement autonome du groupe frigorifique : il n'est pas nécessaire que le moteur du véhicule soit en marche pour faire fonctionner le groupe, capable d'ouvrir seul tous ses réservoirs dédiés. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 

Afficher + de brèves