Rechercher :


Mise en ligne le 17/01/2018 08:55:45 Référence : 45958

Europe : 4e année de croissance consécutive pour les immats

La croissance du marché du VI en Europe s'est stabilisée en 2017 pour se stabiliser sur une moyenne haute, preuve selon l'OVI (observatoire de BNP Paribas) de l'embellie retrouvée d'un secteur qui avait souffert de la crise avec une progression limitée à 0,9 % (soit 376 684 immatriculations) sur les douze derniers mois glissants, qui se situe sensiblement au-dessus (+10 %) de la moyenne historique, soit 343 000 unités.
L'Italie et la France sont les pays moteurs avec respectivement +27 % de progression et +6 %. Pour la France, cela laisse augurer un marché 2017 proche des 50 000 unités. Le Royaume-Uni (-2,9 %), le Benelux (-2,2) et l'Allemagne (-1,2) ralentissent sans contrarier pour autant le marché européen, qui continue à croitre. Le marché allemand reste nettement en tête des pays européens avec 29,6 % des immatriculations de véhicules de 3,5 t. La Pologne reste le fer de lance des pays de l'Est avec une progression des immatriculations de 4,1 % sur les douze derniers mois (douze mois glissants à fin octobre). - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 17/01/2018 08:54:08 Référence : 45957

Fiat prépare le rapatriement du Ram aux USA

Le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler a dévoilé un plan d'investissement d'un milliard de dollars dans une usine du Michigan pour moderniser sa chaîne d'assemblage Warren Truck, l'idée étant d'y relocaliser d'ici 2020 la production de son pick-up Ram Heavy Duty, actuellement fabriqué au Mexique. Fiat Chrysler a aussi annoncé le versement d'une prime à ses employés américains, attribuant ces mesures aux effets de la réforme fiscale. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 17/01/2018 08:52:51 Référence : 45956

Perte de chargement mortelle dans le Jura en 2014 : dénouement juridique

Un délibéré a été rendu suite à l'accident mortel de car survenu en décembre 2014 à Villeneuve-sous-Pymont, qui avait coûté la vie en décembre 2014 à deux élèves chauffeurs, Gregory Rochet, 25 ans et Eric Guyot Jeannin, 47 ans, qui se trouvaient dans le car. Le chargement d'un camion, une presse hydraulique de 17 t, s'était désolidarisé de sa remorque et avait percuté dans un virage un bus-école arrivant en sens inverse. Le conducteur du camion (39 ans), poursuivi pour homicide et blessure involontaire, a été condamné à deux ans de prison, dont 18 avec sursis. Son permis de conduire a été annulé. Le tribunal a ordonné un délai de 18 mois avant qu'il puisse le repasser. Le transporteur et l'acquéreur de la presse hydraulique ont aussi été reconnus coupables, et condamnés respectivement à 150 000 et 69 000 euros d'amende. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 16/01/2018 12:12:54 Référence : 45954

Le groupe Laurent cède Fica

Le groupe Laurent (implanté à Saint-Etienne), spécialisé dans la distribution de pièces détachées, notamment pour l'automobile et les poids lourds, cède au groupe Brammer la société Fica (70 salariés à La Ricamarie, dans le 42), qui représentait sa filière industrie. Laurent (rien à voir avec Pneus Laurent !) va ainsi pouvoir se concentrer sur ses activités stratégiques : automobile, poids lourds, matériel, lubrifiants, peinture, pièces techniques. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 16/01/2018 12:08:41 Référence : 45953

Le Smic continuera à évoluer en fonction des prix

Dans Les Échos, à propos du projet abandonné de désindexation du Smic, nos confrères confirment que cette désindexation n'est plus à l'ordre du jour. C'est-à-dire que pour préserver le salaire réel de l'inflation, le Smic continuera à être indexé sur l'évolution des prix : quand ceux-ci augmentent, il suit. Le ministre de l'Economie, qui était le plus ouvert à cette idée au sein du gouvernement, s'y est finalement lui-même déclaré défavorable. « Je tiens à ce que nous maintenions une indexation du Smic, parce qu'il est très important qu'il soit revalorisé au fil du temps », a-t-il déclaré sur BFMTV et RMC. Car ce ne sont pas seulement les salariés au Smic qui auraient été touchés par une telle désindexation partielle, mais tous ceux dont les minima conventionnels se voient réévalués à la suite de l'augmentation annuelle du salaire minimum. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 16/01/2018 11:17:23 Référence : 45952

Blocage de Fourvière : 3 mois avec sursis pour le petit patron sans permis

Le chauffeur du convoi exceptionnel qui s'était encastré, le matin du 28 septembre, sous le tunnel de Fourvière, a été condamné à trois mois de prison avec sursis, 2 250 euros d'amende et un an d'interdiction de conduire un poids lourd pour conduite d'un ensemble routier sans être titulaire du permis nécessaire et circulation sans autorisation préfectorale. Un jugement assez éloigné des réquisitions du ministère public qui avait requis les peines maximales : un an avec sursis, 4 500 euros d'amende (soit 1 500 euros d'amende par infraction commise) et cinq ans d'interdiction de conduire. Rappelons que le conducteur avait engagé son convoi exceptionnel dans le tunnel en direction de Marseille. Mais sa tractopelle, dont le bras n'était pas suffisamment replié, s'était encastré dans le plafond du tube. Les dommages avaient nécessité une fermeture de l'ouvrage pendant dix jours dans le sens nord-sud. Devant le tribunal correctionnel, l'homme de 30 ans, patron d'une société de travaux publics qui emploie huit salariés et a triplé son chiffre d'affaires, a reconnu avoir fait une « sacrée erreur », expliquant avoir voulu remplacer son chauffeur, malade ce jour-là. Sans avoir le permis nécessaire, qu'il a passé depuis, il n'avait « pas imaginé toutes les contraintes réglementaires, comme la déclaration préalable en préfecture et l'interdiction de franchir le tunnel ». Il avait aussi oublié que sa remorque, suite à un défaut de contrôle technique verbalisé en juin 2017, était en théorie immobilisée. Là encore, il a régularisé. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 16/01/2018 11:15:33 Référence : 45951

Plus de 1 200 routiers recherchés en Nouvelle-Aquitaine

C'est bien connu, les entreprises de transport et de logistique ont du mal à embaucher, le secteur souffrant d'une mauvaise image de métiers pénibles et où il n'est pas toujours facile de concilier vie professionnelle et familiale. En 2018, 22 363 emplois sont à saisir en France. Selon notre confrère Sud Ouest Éco, en ce qui concerne la Nouvelle-Aquitaine, 1 202 conducteurs sont recherchés, directement employables ou à former. Dont 828 conducteurs en transport routier de marchandises, 335 conducteurs en transport routier de voyageurs et 39 conducteurs déménageurs (20 postes de déménageurs sont également à pourvoir). Dans la logistique, il manque 168 postes d'opérateurs et exploitants, notamment 116 agents de quai, 32 manutentionnaires, 12 caristes, 4 préparateurs de commandes, ou encore 4 exploitants transport, affréteurs. Sans oublier 67 emplois d'agents de transit, dont 17 mécaniciens. Pole Emploi et des missions locales de Cap Emploi devraient accueillir les candidatures avec bienveillance... Lancée mi-novembre 2017, la campagne de constitution du vivier de candidats sur www.tremplin2018.fr commence par ailleurs à porter ses fruits, avec 565 candidatures recueillies à ce jour en Nouvelle-Aquitaine. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 15/01/2018 08:29:13 Référence : 45943

Taxation des PL étrangers : la ministre s'explique

En marge de sa visite à Bourbon-Lancy (voir 45931), la ministre a été questionnée par un journaliste sur sa précédente déclaration à propos d'une éventuelle taxation des camions étrangers roulant en France. Elle a confirmé en expliquant : « Les Français ne trouveraient pas normal que les camions qui utilisent nos routes en traversant notre pays de part en part ne participent pas à l'entretien des infrastructures. Pour ce faire, le ministère planche sur le problème ». On est curieux de savoir comment elle compte s'y prendre pour instaurer ce type de distinction entre camions étrangers et français... - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 15/01/2018 08:28:15 Référence : 45942

Les poids lourds devront-ils descendre à 70 km/h ?

Selon les dernières informations délivrées par le gouvernement, il semblerait que les poids lourds resteront limités à 80 km/h sur nationale en juillet prochain, quand la vitesse maxi des voitures sera ramenée de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires unidirectionnelles sans séparateur central. La nouvelle loi ne devrait donc rien changer pour eux, mais les transporteurs redoutent de se voir imposer un jour un abaissement de leur limite à 70 km/h, ce qui aurait des conséquences économiques sur leur activité de TRM. Non seulement les temps de trajets s'allongeraient, mais leur coût serait plus élevé puisque les conducteurs auraient à rouler davantage d'heures. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 12/01/2018 18:33:28 Référence : 45944

Le grand public invité à découvrir l'usine moteurs de Renault Trucks

Héritier de la marque Berliet, Renault Trucks est implanté à Lyon depuis 1894, date à laquelle Marius Berliet, autodidacte passionné, a construit son premier moteur à combustion. Un siècle plus tard, l'usine de Lyon-Vénissieux fabrique des moteurs de camions, de bus, d'engins de chantier, de bateaux et de machines industrielles. Pour le public curieux de découvrir ce fleuron industriel de leur ville, l'Office de tourisme de la Métropole de Lyon propose désormais des visites de ce site de fabrication, qui occupe 52 000 m² et emploie pas moins de 700 personnes ! En deux heures, on peut découvrir les différentes étapes nécessaires à la fabrication d'un moteur de véhicule industriel. On y apprend notamment qu'un moteur de camion est composé de 841 pièces et pèse plus de 600 kg, et que sa fabrication nécessite six heures d'opérations manuelles et robotisées. Il faut réserver sur www.visiterlyon.com ou par téléphone au 04 72 77 69 69. Il en coûte 12 Euros pour un adulte et 7 Euros pour les moins de 18 ans et étudiants. Avec la Lyon City Card, c'est gratuit... La visite se déroule toujours le vendredi à 14h30. Prochaines dates : 19 anvier, 16 février, 23 mars, 18 mai et 15 juin. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 12/01/2018 18:24:49 Référence : 45941

Beaucoup de sujets humains dans le numéro de rentrée des Routiers

En disant qu'on a beaucoup à se mettre sous la dent avec le numéro des Routiers tout juste en kiosque, on n'exagère pas... Notre confrère n'a pas fait l'impasse sur la disparition de Johnny, d'autant qu'outre ses chansons, son amour du mythe américain et des sports mécaniques l'avaient rendu très populaire parmi les routiers. La preuve, on trouve son effigie sur de nombreux camions, dont un magnifique spécimen sur un Scania des Transports Durand. Ceux qui apprécient les reportages ont le choix entre une incursion chez Salesky, très attentif à la sécurité au point d'en faire son credo, et un week-end à la rencontre des conducteurs étrangers coincés le week-end sur les parkings français. Edifiant ! Autre sujet humain : Robert Rizzo, un ancien instituteur devenu routier, puis prof de conduite, raconte à sa façon ses aventures au Moyen-Orient. Rassurez-vous, il y a aussi du produit avec un nouveau tour de Solutrans et un coup d'œil vers l'avenir avec le Vision One de Fuso, un camion 100 % électrique. En kiosque. 5,20 euros.

Pour répondre à la demande des lecteurs, le magazine Les Routiers a mis au point un dispositif super pratique pour savoir dans quel point de vente vous pouvez acheter le journal. Vous indiquez la ville souhaitée et le logiciel vous fournit en temps réel l'adresse où il est disponible, ses heures d'ouverture et une carte interactive de localisation.

  961_sommaire.pdf
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 12/01/2018 17:53:24 Référence : 45940

Avenir du gaz : de grandes perspectives soutenues par Elisabeth Borne

En marge de la visite de l'usine de moteurs de FPT de Bourbon-Lancy, le patron de la division camions et bus d'Iveco, Pierre Lahutte, avait organisé autour de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, une table ronde pour discuter des problèmes de la filière gaz avec tous les acteurs de la profession : fabricants de véhicules, utilisateurs, et organisations professionnelle, mais aussi équipementiers, fournisseurs et transporteurs de gaz (voir 45931). Même le constructeur Scania, grand concurrent d'Iveco dans ce secteur, était convié, représenté par Gilles Baustert. Bien que cette réunion ait eu lieu à huis clos, on sait que le ministre a bien rassuré tous ceux qui veulent investir dans ce secteur, en rappelant notamment que son ministère fonctionne de façon conjointe avec celui de Nicolas Hulot et que pour soutenir cette « démarche propre », le suramortissement des véhicules fonctionnant au gaz est prolongé.

Par ailleurs, les constructeurs ont annoncé que des efforts seraient faits pour atteindre en 2020 un parc de 50 000 véhicules au gaz. L'objectif en 2030 étant, rappelons-le, de 220 000 camions et bus, et de 150 000 Vul. De leur côté, les gaziers et distributeurs ont annoncé près de 700 stations pour 2020, pour se rapprocher de 2000 points d'avitaillement prévues en 2030. Soit au final un maillage quasi similaire à celui des autres carburants. A la sortie de cette table ronde, les transporteurs présents semblaient rassurés sur l'avenir de la motorisation au gaz et sa pérennité industrielle et fiscale.

Avant de quitter la ministre, Pierre Lahutte a rappelé :« Il y a des véhicules réellement propres, comme ceux qui utilisent du gaz ou du biogaz, et d'autres dits propres, comme les véhicules électriques, qui ne font que déplacer les zones de pollution... Il ne faut pas tout confondre ». Il semble que la ministre, qui a une bonne capacité d'écoute et peut être qualifiée de bonne technicienne (notamment diplômée de Polytechnique, elle fut patronne de la RATP et directrice de l'urbanisme à la mairie de Paris), ait bien compris le message. A la différence de nombreux hommes politiques, elle fait la différence entre « apparemment propre » et « réellement écologique du puits à la roue ». - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 12/01/2018 12:47:32 Référence : 45939

La collection Berliet enfin en kiosque

Après le succès rencontré par une série-test de reproductions miniatures de modèles Berliet (accompagnés d'un fascicule tel que celui-ci qui en retrace l'histoire), un nouvel exemplaire de cette Collection Berliet vendu par Hachette est disponible chez tous les marchands de journaux. Voici quelques mois, quelques modèles de lancement avaient été diffusés en test dans trois départements en France, ce qui avait fait naître de nombreuses frustrations, et même donné lieu à des spéculations : certains étaient aussitôt revendus, jusqu'à dix fois leur prix, sur le site Le Bon Coin ! Depuis quelques heures, le Berliet GLM 10 à benne chantier est proposé au prix de lancement de 5,99 euros. Cette réplique du célèbre modèle Dinky Toys a donné à des milliers d'enfants une vocation de camionneurs ! Aux couleurs des carrières de l'Esterel (Var), elle arbore une nouvelle fois, sur la calandre et le pare-brise, la pin-up et le logo du magazine Les Routiers. A noter que cette collection de modèles de la marque à la locomotive se poursuivra entre autres avec le GBK 75 Demeco, le très attendu Gazelle du film 100 000 $ au soleil, l'imposant GPRK 12 primeurs de Mighirian Frères et la dépanneuse GLM 10A du garage Vineys (Loire). Ces modèles seront commercialisés en kiosque au tarif de 19,99 euros tous les quinze jours, mais il est recommandé de s'abonner. - CF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 12/01/2018 12:25:17 Référence : 45938

Renault Trucks recrute à Blainville-sur-Orne

Renault Trucks (groupe AB Volvo) va recruter 100 opérateurs pour son usine de Blainville-sur-Orne (Calvados), où il fabrique ses camions de distribution, ainsi que des cabines pour toutes ses gammes, mais aussi pour les Volvo Trucks FL/FE et pour les Daf LF. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 12/01/2018 11:06:59 Référence : 45937

Huit mois de prison pour un coup de sang

Un faits divers inhabituel nous est relaté par notre confrère lyonmag.com : un routier de 58 ans originaire de Marseille jugé hier a été condamné à 8 mois de prison avec sursis et 150 euros d'amende pour avoir cédé à un coup de sang au péage de Villefranche fin octobre 2017. A bord de son camion, il avait très mal vécu le fait de se faire couper la route par un collègue routier, qui l'avait donc doublé juste avant de s'engager sur le péage. Selon le Progrès, le Marseillais avait ensuite rattrapé son adversaire, l'avait klaxonné en lui demandant de se ranger pour discuter ou plutôt régler ça aux poings. Face au refus de son collègue, l'homme avait dégainé un pistolet à grenailles (une arme de défense) et avait tiré, tout en roulant, sur la cabine de son adversaire. Des plombs avaient alors traversé la vitre, en manquant heureusement le chauffeur. Une scène digne d'un western en pleine autoroute A6. Si la victime et sa société de transport n'ont pas souhaité se porter partie civile, le procureur a décidé de donner une peine exemplaire au quinquagénaire au sang chaud. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 12/01/2018 08:02:51 Référence : 45936

Africa Eco Race : un camion 2e au général sur la 9e étape !

Hier, la 9e étape (avec une spéciale en boucle autour de Chinguetti, en Mauritanie) a enfin permis à De Rooy de finir sur le podium, 2e au classement camions-voitures après Vasilyev sur Mini ! Ceci malgré une petite erreur de pilotage qui lui a coûté un quart d'heure en plantant l'Iveco dans une dune, permettant à Vasilyev de le doubler. Cette étape (« la plus rude » selon l'organisateur Jean-Louis Schlesser) s'est jouée dans un décor de dunes à perte de vue, rendant difficile le repérage de tous les checkpoints tout en évitant de s'ensabler. Une épreuve qu'attendait avec impatience Gerard De Rooy, qui a joué en puissance et en finesse avec son Powerstar. Le fait qu'il ait opté pour le franchissement des dunes plutôt que pour leur contournement lui a valu un bonus d'une demi-heure, ce qui n'a guère impacté le classement car tous les véhicules de tête ont fait ce choix. A l'arrivée à Amodjar après la boucle, le pilote néerlandais a estimé que ça n'avait pas été aussi difficile que prévu, en tout cas « pas autant que lors de l'étape précédente ». Seule la navigation devait jouer encore plus serré. De Rooy est désormais 4e au général autos-camions. - MF

PS : Sur la vidéo, le camion est à la minute 9,4.

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 11/01/2018 13:57:29 Référence : 45933

Visite de l'usine Iveco : Elisabeth Borne rassure

A l'occasion de sa visite de l'usine Iveco de Bourbon-Lancy (voir 45931), Elisabeth Borne vient de confirmer de nouveau que le suramortissement est prolongé jusqu'à fin 2019 pour les entreprises qui acquièrent un plus de 3,5-tonnes au gaz. C'est-à-dire que celles-ci (en transport de personnes ou de marchandises) peuvent pratiquer une déduction exceptionnelle (dite suramortissement) sur leur résultat imposable. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 11/01/2018 13:47:24 Référence : 45932

Africa Eco Race : De Rooy 4e au général auto/camion

Toujours premier chez les camions, Gerard De Rooy s'en est particulièrement bien sorti hier sur l'étape de 477 km Chami-Amodjar, en Mauritanie, dont 439 km de spéciale. Comme son team l'espérait, il a pu remonter à la 4e position au classement autos-camions. Au programme, de beaux passages de dunes sous un soleil de plomb... Ces premières vraies difficultés ont permis aux camions de montrer leurs capacités de franchissement. Avant-hier, De Rooy avait dû changer un pneu de son Powerstar Iveco durant la spéciale et terminé 7e tout en conservant son 5e rang au général. Aujourd'hui, la spéciale a lieu en boucle autour de Chinguetti, sur l'étape de 488 km Modjar-Amodjar. Cette seconde boucle de la semaine est sans aucun doute la plus belle, mais aussi et surtout la plus difficile des spéciales de cette 10e édition. A suivre... - MF

Dans la vidéo, on voit la partie auto/camion à partir de la minute 6.30.

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 11/01/2018 12:04:34 Référence : 45931

Elisabeth Borne à Bourbon-Lancy

Actuellement en visite à l'usine Iveco de Bourbon-Lancy (voir 45925), la ministre des Transports Elisabeth Borne s'est fait expliquer les processus industriels par Mme Rocher, responsable technique de l'usine. La visite s'est terminée devant des maquettes qui détaillent tout ce qui est fait pour que l'usine soit propre. Par exemple, le parc vélo est équipé de panneaux solaires, des abeilles sont hébergées ou encore l'eau est filtrée avant d'être rejetée, et passez par un aquarium pour vérifier sa qualité. La ministre va maintenant participer à un colloque auquel la presse n'a pas accès, avec tous les acteurs de la filière gaz : fournisseurs, transporteurs de gaz, équipementiers, clients finaux...

La grande nouveauté, c'est que tous les moteurs FPT (Fiat PowerTrain) vont désormais être fabriqués à Bourbon-Lancy : les huit, neuf et treize-litres. Cela signifie que le neuf-litres va être rapatrié de Chine ! Comme quoi le mouvement de la mondialisation peut parfois s'inverser ! - MF

Elisabeth Borne accompagnée par Mme Rocher, responsable technique de l'usine de Bourbon-Lancy, et Pierre Lahutte, le patron d'Iveco.

Elisabeth Borne accompagnée par Mme Rocher, responsable technique de l'usine de Bourbon-Lancy, et Pierre Lahutte, le patron d'Iveco.

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 11/01/2018 09:07:03 Référence : 45930

La limitation de vitesse à 80 km/h généralisée envers et contre tout

A partir du 1er juillet 2018, la limitation de vitesse sera abaissée de 90 à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles du réseau secondaire non équipées d'un séparateur central. C'est ce que le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé sans surprise mardi à l'issue du Conseil interministériel de Sécurité routière à Matignon. Une mesure « absurde » selon son ferme opposant, l'association 40 millions d'automobilistes, qui n'en espère aucune amélioration en termes de sécurité routière. « Le seul pseudo-argument avancé par les défenseurs de cette mesure est un théorème mathématique élaborée par un chercheur suédois dans les années 1980 ! », explique l'association. Du propre aveux d'Édouard Philippe dans une lettre adressée au Sénat, même l'expérimentation menée depuis 2 ans sur 3 portions de routes nationales n'a pas permis de démontrer l'efficacité d'un abaissement généralisé de la vitesse sur l'accidentalité routière. Lors de son allocution, le Premier ministre a précisé qu'un rendez-vous était fixé au 1er juillet 2020, lors duquel les conséquences de la mesure d'abaissement de la vitesse seront analysées.
D'autres mesures adoptées par la même occasion sont d'une portée assez lourde : la généralisation de l'éthylotest anti-démarrage pour les récidivistes à l'alcool au volant ; le placement en fourrière systématique pour 7 jours des véhicules en cas de conduite sous l'emprise de stupéfiants, de conduite sans permis ou de conduite avec un taux d'alcool dans le sang supérieur à 0,8 g ; l'aggravation des sanctions pour l'usage du téléphone au volant lorsqu'il se cumule à une infraction au Code de la route mettant en danger sa propre sécurité ou celles des autres usagers. Le permis de conduire pourra alors faire l'objet d'une rétention ou d'une suspension ; enfin, la possibilité d'avoir recours à la vidéo-verbalisation à l'encontre des conducteurs ne respectant pas la priorité aux abords des passages pour piétons. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com


Mise en ligne le 11/01/2018 09:00:55 Référence : 45929

Un Point S à Miserey-Salines

Point S ouvre un centre dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté, à Miserey-Salines. Notamment équipé d'un dépôt et de trois ateliers mobiles, sa double activité voitures-camions permet au centre d'accueillir des poids lourds, des camionnettes et du génie civil en réparation et dépannage. - MF

 
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 

Afficher + de brèves