Rechercher :

Mise en ligne le 01/02/2018 09:46:57 Référence : 46038
Aujourd'hui, les péages autoroutiers augmentent

Ça y est, l'heure des nouvelles hausses des péages autoroutiers a sonné. Elles vont de 0,87 % à 2,04 %, ce qui est supérieur à 2017 (où la moyenne était autour de 1 %). Justification invoquée par les sociétés concessionnaires comme le groupe Vinci : l'inflation et le coût des travaux d'entretien du réseau français concédé, soit 9 000 km à péages. Scandaleusement, ce sont les PL qui se voient le plus impactés par ces hausses. Sur certains tronçons, ils sont même les seuls à cracher au bassinet. Les autoroutes de Rhône-Alpes (AREA) appliquent une augmentation de 2,04 %, Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR)  %, Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef) et la Société des autoroutes Paris-Normandie (SAPN) 1,39 %, Autoroutes du Sud de la France (ASF) et Autoroutes Esterel-Côte d'Azur (Esco-ta) 1,34%, Cofiroute 1,33 %, Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc (ATMB) 1,03 % et So-ciété française du tunnel routier du Fréjus (0,87 %). En effet, trois composantes entrent en jeu dans cette hausse : d'abord, les sociétés d'autoroute ont droit de répercuter jusqu'à 70 % de l'inflation de l'année précédente. Ensuite, elles compensent la redevance domaniale versée à l'Etat (qui a progressé en 2013 pour financer des infrastructures et sera répercutée en 2016-2018). Enfin, elles réintègrent à leur gré dans les péages le coût des travaux supplémentaires réalisés au-delà des engagements inscrits dans les contrats de concession. Il faut aussi savoir que cette hausse compense un gel décidé en 2015 par Ségolène Royal... - MF

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 

Afficher + de brèves