presentationequipeabonnementboutiquepubContact

N°954 - Mai 2017 Dossier Les camions préférés des Français Un débat dépassionné Si un soir, au moment de la coupure dans un Relais Routiers, vous posez la question : « Quel camion aimeriez-vous conduire si votre patron vous laissait choisir ? », vous pouvez être sûr que ce sujet a moins de chance qu'il y a dix ans d'occuper le repas? Aujourd'hui, nombreux sont les routiers qui s'en désintéressent. Le modèle et la marque du camion qu'on aimerait conduire ne déclenchent plus forcément les débats passionnés qu'on pouvait entendre il y a encore une dizaine d'années autour des tables des restos routiers. Les conducteurs sont davantage préoccupés par leur salaire ou la perte de points sur la route. En épousant ce métier, beaucoup de jeunes conducteurs n'ont qu'une idée en tête : rentrer le plus souvent possible le soir chez eux pour voir leurs enfants grandir. Tout ceci met le camion au second rang de leurs préoccupations. En outre, les camions ont beaucoup changé ces dernières années. Tous les grands-routiers sont relativement égaux en qualité, en confort, en consommation et même en service, et il n'existe plus de véritable différence entre les productions des sept marques du marché. Un métier comme un autre Bref, les conducteurs de la nouvelle génération arrivée sur la route ces dernières années sont moins « amoureux » de leur véhicule que ne l'étaient leur père et leur grand-père. Dans les années 80, le métier faisait rêver les jeunes en les emmenant aux portes du Moyen-Orient et de l'Extrême-Orient. Depuis la disparition du TIR, le métier de routier est devenu pour beaucoup un métier comme un autre? En parlant avec la nouvelle génération de conducteurs, on s'aperçoit que plutôt que tel ou tel camion, ce qu'ils souhaiteraient avoir, ce sont des options bien ciblées en fonction de leurs besoins et de leurs obligations. Le téléphone mains-libres par exemple n'est pas systématiquement de série, alors qu'il fait partie de ces dispositifs qui facilitent tant la vie de tous les jours. Autre besoin souvent exprimé, surtout par ceux qui roulent dans le sud et font des relais en pleine chaleur : la clim autonome. Ceux qui vont dans des régions moins clémentes penchent pour le chauffage ou d'antibrouillard? Les constructeurs ont bien compris ces souhaits qui ont fait fleurir les séries limitées super équipées destinées à offrir aux conducteurs des camions agréables à vivre. Mais il n'y a pas de doute, la mode des camions puissants et fiables des années 80/90 venus du nord de l'Europe a créé des images fortes, notamment lorsqu'ils ont des particularismes qui leur donne du caractère, comme un moteur en V, des roues indépendantes sur l'avant ou un moteur de grande puissance (voir encadré). Si on s'adresse aux « anciens », qui se sentent encore concernés par le modèle de camion qu'ils conduisent, il est clair que les trois marques de tête sont Scania, Volvo et Mercedes. Elles sont suivies de Daf, qui fait de plus en plus d'adeptes, et de Man, dont on pourrait dire qu'il est au camion ce qu'Audi est à la voiture : la discrétion efficace. Jean BLANC - 62 - N°954 - Mai 2017 Les ventes ne reflètent pas forcément la cote d'amour Si l'on regarde les résultats des ventes en France, c'est le Volvo FH13.500 qui a été le plus demandé en 2016, suivi du Daf XF 460, du Renault T 460, du Scania R450. Puis viennent le Man 19.480, le Mercedes Actros 1845 et enfin l'Iveco Stralis AS 440. Les chiffres de vente ne sont pas forcément représentatifs de l'amour que les routiers portent à l'une ou l'autre des marques. Car le modèle dont ils soufflent le nom à leur patron n'est pas toujours celui qu'ils auront à conduire, l'offre commerciale passant souvent avant cette envie et les réels besoins de l'entreprise. Combien de fois entend-on des chauffeurs se plaindre par exemple de manquer de puissance sur certains itinéraires compte tenu de leur chargement ? Mais il faut reconnaître que le tarif d'un 440 ou 460-chevaux est en dessous de celui d'un 480 ou d'un 500. L'image des marques suédoises demeure très fortement auréolée par la puissance de leurs moteurs, avec d'un coté Scania et son V8 iconique et de l'autre Volvo, fidèle à son six-en-ligne. Volvo reste malgré tout le champion indiscuté de la puissance (pour l'instant et officiellement) avec son FH16 de 750 ch, le camion commercial le plus puissant du marché et du? monde ! Cependant, même si ce 750-chevaux fait rêver les petits patrons, les transporteurs restent très raisonnables : les plus de 600 ou 700-chevaux sont loin d'être majoritaires sur la route (voir encadré des maxicodes). Volvo n'en a vendu que 150 et Scania 48. Au regard des chiffres, le T de Renault, qui fut Camion de l'année en 2015, arrive en troisième position des maxicodes en France, même si dans le c?ur des routiers le Magnum n'a pas été totalement oublié. Tous les ans, preuve de cet amour, les statistiques du syndicat des constructeurs laissent apparaître des immatriculations de Magnum en nombre non négligeable. Reste à savoir d'où ils sortent, puisque le Magnum n'est plus produit depuis près de trois ans ! Scania n'est pas le plus vendu et le plus puissant des camions, mais c'est lui qui tient le plus de place dans le c?ur des conducteurs français. Photos X D.R. Source CSIAM