presentationequipeabonnementboutiquepubContact

N°959 - Novembre 2017 Prise en main Man TGX 18.500 Tout est dans la boîte La gamme Man TG commence à prendre gentiment de l'âge, mais le constructeur de Munich profite des synergies nouvelles créées par le groupe Volkswagen (également propriétaire de Scania) pour rajeunir son fleuron, le TGX. La gamme Man TG fait désormais partie, avec les Daf XF et Iveco Stralis, des plus anciennes en termes d'aménagement de cabine. Cela se voit notamment à la taille des coffres extérieurs ou supérieurs de rangements. Pour autant, le constructeur continue de travailler sur son porte-drapeau, le Man TGX 18.500. Un modèle au cœur du marché des tracteurs. Pour séduire, ce cheval de bataille commercial de Man peut compter sur ses dernières évolutions de chaîne cinématique, avec un nouvel échelonnement des puissances pour le moteur Man D26 de 12,42 l de cylindrée, et surtout sa nouvelle boîte TipMatic2 (alias Scania Opticruise). Pour le passage à la norme Euro 6c, Man a revu la suralimentation bi-étagée avec des turbocompresseurs optimisés à faible inertie améliorant également le remplissage sous forte charge moteur. Les pistons en acier sont inédits, tout comme leur segmentation à frottements réduits. Au chapitre de l'optimisation de conso, c'est tout un ensemble de mesures qui sont prises : refroidissement de l'huile géré par thermostat, ventilateur de liquide de refroidissement géré en continu par capteur, pompe de liquide de refroidissement à régulation, compresseur d'air désactivable, programmateur de vitesse régulé par GPS (EfficientCruise), mise en roue libre automatique (Efficient Roll) et ralentisseur secondaire hydraulique totalement déconnectable... En cabine, sur le modèle 2017, on a droit à un nouvel écran tactile de 7 pouces pour les fonctions GPS et d'audio-divertissement, de nouvelles teintes d'habillage intérieur. L'équipement audio permet l'utilisation de deux téléphones sur la liaison Bluetooth. L'aspect extérieur, austère, tranche avec les dernières réalisations plus modernes, mais la qualité perçue au niveau des plastiques est supérieure à celle d'un Iveco Stralis. Côté maintenance, la vidange d'huile moteur peut aller jusqu'à des intervalles de 140 000 km (suivant le lubrifiant et l'utilisation du véhicule), l'entretien de la boîte de vitesse étant fixé à 500 000 km, soit l'intervalle de vidange du pont arrière. Quant au filtre à particules, un premier contrôle est fait lors de la 4e vidange, puis ensuite à chaque inspection. Selon les préconisations de Man, « le filtre est uniquement changé en cas de besoin ». Sans être transfiguré, il est bel et bien optimisé L'ergonomie est on ne peut plus classique et la planche de bord mérite bien son nom : on a en face de soi une planche bardée d'interrupteurs. Les traditionnalistes et nostalgiques apprécieront. La position de conduite rappelle également que l'on est à bord d'un camion : volant de grand diamètre, assez horizontal, grands rétroviseurs un peu envahissants (mais moins que ceux d'un Mercedes Actros)... Le moteur Man D26 n'a pas fondamentalement changé : il est coupleux une fois qu'il est sur sa plage optimum de fonctionnement, mais n'est pas un foudre de guerre. Les montées en régime ne sont pas sa tasse de thé. Pour autant, sur la route, l'ensemble donne satisfaction. Comment ? Tout simplement grâce à la magie de la nouvelle boîte robotisée TipMatic2. Ce n'est pas une ZF Traxon qui officie, mais une boîte d'origine Scania, à 12+2 rapports extra-lents à prise directe. Son intégration a été particulièrement soignée et elle assiste à la perfection le moteur lui permettant justement de toujours travailler là où il est à son aise. Elle sait le cas échéant passer 3 rapports d'un coup ! En cabine pourtant, rien ne permet de la distinguer : on retrouve le bouton rotatif pour choisir les programmes et gammes de vitesses. Pour information, il convient de repasser au neutre aux feux afin d'éviter les usures de butée de diaphragme. Les conducteurs apprécieront la fonction de ramper qui facilite les manœuvres, comme sur une vraie boîte automatique. Par contre, on se méfiera toujours de l'aide au démarrage en côte qui se désactive par temporisation après 2 secondes. Les dernières évolutions de ce dispositif sont tout de même plus sécurisantes. La commande de ralentisseur typique de la marque est très pratique. L'instrumentation est très lisible, mais on regrette de ne pas avoir d'information directe de pression de suralimentation ou de température d'huile, sachant qu'il s'agit de données stratégiques pour ce moteur. Le freinage géré par l'EBS est très progressif et le comportement sur route n'appelle aucune critique, même si le confort en termes de filtrage paraît sensible à la qualité du revêtement. • Jean-Philippe PASTRE Le travail cosmétique vise à réduire les turbulences au niveau des éléments de carrosserie à proximité de la cabine. L'accès aux ampoules antibrouillard n'a toutefois pas été amélioré. De nouveaux coloris de planche de bord font leur apparition. Elle se singularise désormais face à la concurrence par sa profusion d'interrupteurs. Il y a ceux qui aiment, et ceux qui trouvent cela daté. Chacun ses goûts. Fiche technique Man TGX 18.500 Tracteur 4x2, cabine couchette XLX PTAC : 19 t ; PTRA : 40 t Empattement : 3,6 m Hauteur de sellette à vide : N.C Pneumatiques : AV et AR : 315/70 R 22,5 Suspensions : AV essieu rigide Man VOK-07, suspension mécanique à lame parabolique 7,5t de capacité. AR : pont rigide Man HY-1350 simple réduction, suspension pneumatique, capacité 13 t unitaire. Hauteur réglable (+190mm, -90mm). Moteur : Man D2676LF51 6 cylindres en ligne 12,419 litres de cylindrée, double suralimentation étagée par turbocompresseurs. Dépollution Euro 6c avec catalyse SCR à réactif AdBlue plus vanne EGR. Puissance 500 ch à 1 850 tr/mn, couple 2500 Nm de 930 à 1350tr/mn. Frein moteur Man EVBec en ralentisseur primaire. Transmission : boîte robotisée Man TipMatic2 12+2 rapports en prise directe, 12 rapports + extra-lents, Embrayage monodisques à sec. Ralentisseur secondaire hydro-dynamique Voith. Rapport de pont 2,53:1 Blocage de différentiel en série. Réservoirs : AdBlue : 60 l ; gazole 500 • Le contrôle du filtre décanteur de gazole est facile : il se fait d'un simple coup d'œil en regardant le bol transparent à la base de celui-ci. L'élément est positionné sur le longeron côté gauche. Nouveauté résultant des synergies d'achat avec le groupe Volkswagen : l'apparition d'un écran tactile de 7 pouces pour les fonctions télématiques et d'infodivertissement. Le GPS est doté d'une cartographie tenant compte des spécificités des poids lourds. Sur la console centrale, on voit ici à gauche les deux rhéostats pilotant la ventilation des sièges (équipement optionnel) et l'intensité de l'éclairage d'ambiance. La seconde couchette prend un peu de place lorsqu'elle n'est pas utilisée. Photos Pastre