presentationequipeabonnementboutiquepubContact

N°958 - Octobre 2017 Profession Aires fermées sur l'A16 et l'A25 Et les routiers dans tout ça ? Depuis des mois, les routiers sont interdits de repos sur les certaines aires de l'A16 et de l'A25 pour cause de promiscuité avec les camps de migrants de Grande-Synthe et Steenvoorde. Nous avons voulu savoir comment vous, conducteurs routiers, vivez cette situation... L'interdiction faite aux camions de se poser sur les aires de Grande-Synthe sur l'autoroute A16 et de Saint-Laurent sur l'A25 a été décrétée début mars 2017, ces parkings étant « clairement identifiés comme des points importants de montée dans les poids lourds pour les migrants ». Cette mesure « temporaire » devait durer un mois, sans offrir de solution de remplacement aux conducteurs routiers soumis à l'obligation réglementaire de s'arrêter. Elle a ensuite été reconduite pour deux mois et devait se terminer le 9 juin. Or (au moment où nous bouclons), ces deux aires PL ne sont toujours pas rouvertes aux conducteurs routiers, sans explication ni déclaration officielle de la Préfecture des Hauts-de-France, qui n'a même pas pris la peine de répondre à notre demande d'information. Les CRS autoroutiers du pôle de Villeneuve d'Ascq (59) nous ont confirmé que les panneaux d'interdiction sont toujours en place. Jusqu'à quand ? Mystère... Nous avons voulu savoir comment nos lecteurs réagissent face à cette situation... En réponse aux questions : « Arrivez-vous à prendre votre pause ailleurs ? Avez-vous été victime de PV pour dépassement de temps de conduite ? Pensez-vous que cette mesure est utile ? », voici quelques-uns des témoignages que nous avons recueillis. Thierry Dit : On est obligés d'aller jusque Marck, où l'aire est payante. Même pour une pause de 45 min, les gendarmes nous dégagent. Ils sont sur place, non pas pour s'assurer que des migrants ne montent pas dans les camions, mais pour nous dégager nous, qui travaillons... Sébastien : Je connais une personne qui s'est fait virer de l'aire de repos et a eu un PV deux jours après pour dépassement de conduite. Elle avait pourtant tiré un ticket et a expliqué le pourquoi, mais ils n'ont rien voulu savoir. Nabil de La Varenne : C'est un peu comme partout ; cette situation n'est pas normale, mais comme tout changement sur la route (travaux, etc.), on anticipe et on prévient le taulier du retard éventuel dû à cette situation. Michael Yavuz : Dans cette histoire, on a l'amère impression que c'est le coupable qui mène la danse. C'est aux migrants de rester calmes ou de partir, et à nous de nous débrouiller pour travailler dans de bonnes conditions. Nico Syw : Moi, je devais couper dans les parages et je me suis retrouvé obligé d'aller dans un parking payant à Marck... 20 € pour la nuit ! Christian Menart : Parler d'anticipation, c'est bien joli, mais ça ne marche pas : le bordel est partout, sur nationale ou sur autoroute, et les parkings sont soit fermés soit complets. De quoi se faire bloquer le week-end ! Yvan Bertin : Avant de pondre des lois, les pouvoirs publics devraient s'assurer d'avoir les structures pour les appliquer. Claude-Marie Gasnier : C'est tellement gros comme façon d'agir que l'on a du mal à croire que cela puisse se passer ainsi. On est mal, en France ! Michael Dagbert : Il devient impossible, voire même dangereux de s'arrêter dans un rayon de 100 km autour de Calais. Même sur les quelques aires de repos encore ouvertes... Mission quasi impossible aussi de faire le plein au plus près de Calais avant d'embarquer. Ludovic Zebu Conort : moi c'est plutôt simple ; si mon patron m'envoie dans le coin, je refuse d'y aller sans un pare-buffle... Simon Lallemant : Pour les forces de l'ordre, il est plus facile d'interdire les PL que les réfugiés. Sur l'A25, il reste une seule aire de repos accessible, mais sans café ni de quoi manger ! Alain Marcq : Si on peut, il faut s'arrêter à 20 km de Dunkerque ou de Calais en montant et dans tous les cas, on prévoit avant pour les coupures, sachant que l'arrêt est fortement déconseillé. Sébastien Grasset : Moi je m'arrête dans un resto à l'extérieur du réseau autoroutier, peu importe les heures que j'ai ou pas ! Pascal Colaux : Quand on sait que ces aires sont fermées, je ne vois pas où est le problème. C'est plus emmerdant quand on ne le sait pas, ce qui est le cas sur toutes les autoroutes. Et ça, c'est scandaleux. Ça ne fait pas partie des infos que nous livrent les panneaux lumineux... Lorenzo Pmb : Il y a quelques mois, certains services de police ont reçu une note stipulant qu'il ne fallait plus retenir ces infractions si le chauffeur pouvait prouver qu'elles avaient eu lieu à Calais, aux environs, voire pendant la traversée. Après, je ne sais pas si c'est toujours en vigueur. • Marie FRÉOR Les aires de Grande-Synthe sur l'autoroute A16 et de Saint-Laurent sur l'A25 sont certes fermées «pour la bonne cause», mais aucune alternative n'est proposée aux routiers pour leurs repos, et surtout aucune tolérance n'est appliquée en cas de contrôle... Photos X D.R.