presentationequipeabonnementboutiquepubContact

N°968 - Septembre 2018 Reportage Le camping-car X-Truck Un Renault pour aller au bout du monde Il y a des gens qui sont faits pour se rencontrer. Quand Frédéric et Sylvia ont croisé la route de Renault Trucks, ils ont eu envie de donner naissance à un gros bébé. Produit de cette union, le X-Truck, conçu sur une base de K 380 4x4, leur permet de réaliser leur profond désir de voyage sans limites. Un rêve qui a certes un prix (450 000 € !), mais la vie est courte, alors pourquoi attendre d'être vieux pour se faire plaisir ? Frédéric et Sylvia Boureau avaient au fond d'eux une envie toujours plus forte de faire un break dans leur vie mouvementée et trépidante. Mais la chose n'est pas évidente pour un chef d'entreprise aux multiples activités et une kinésithérapeute qui partage son temps libre entre la moto et son implication en tant que pompier volontaire. Leur métier ne laisse guère de place à la rêverie, d'autant que ce couple possède un gîte au cœur de la Camargue, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, dont la gestion est très chronophage... Un jour de 2016, ils décident de se rendre au salon du Camping-car et du Mobile-home du Bourget, la Mecque des voyageurs itinérants, histoire de voir ce qui s'y fait de bien. Très vite, ils réalisent que les camping-cars traditionnels sont d'un usage restreint, avec des cellules peu généreuses en volume de transport. Alors que leur idée à eux est de sortir des grands axes pour investir les zones désertiques, mais aussi à combiner ce plaisir avec celui de la balade à moto... Bref, rien sur le marché ne correspond à leurs attentes. C'est sur la route de retour du salon que leur vient d'un coup l'idée d'un camion aménagé. Une pensée quasi naturelle étant donné qu'entre la création et la vente de plusieurs de ses sociétés, Frédéric a réactivé son permis lourd passé à l'armée et l'a complété en 2004 par un super lourd. Son but était d'occuper son temps dans les intervalles en exerçant le métier de routier. Un autre vieux rêve qu'il a réalisé... Un père routier  et un pote cascadeur Aux transports Galinier, dans le Tarn, où il a aussitôt été embauché, il a fait la route de 2005 à 2008 avec un Scania V8 de 480 ch. Une façon pour Fred de renouer avec la vie de son père, qui fut lui aussi routier, mais aussi mécano dans une entreprise de transports. Cette passion l'amena même à travailler avec l'un des cascadeurs spécialistes du camion sur deux roues, Jacky Croisé, du Rodéo-club argentonnais. De son côté, Sylvia, passionnée de moto avec plusieurs championnats de France à son actif sur Ducati (de 2002 à 2007), avait elle aussi passé son super lourd... Réaliser leur rêve en camion leur apparaît donc comme une évidence, mais pour la gestation, il faut bien sûr du temps. Le choix d'un camion Renault Trucks est tout aussi naturel : la marque française est auréolée de ses participations dans les rallyes-raids et autres compétitions d'endurance comme le Dakar ou le Paris-Pékin. Sans oublier les grandes expéditions comme La Route de la Soie ou le Cape to Cape. « Si certains concessionnaires nous ont pris pour des ovnis ou de doux rêveurs, celui de Nîmes et son responsable clients, Cyrille Junion, ont été à l'écoute de nos demandes, et été d'une très grande efficacité pour y répondre... », précise Fred. C'est donc en 2017, un an après le salon du Bourget, que le projet X-Truck débute réellement son long périple... Objectif n°1 : trouver le financement. « Inutile de vous dire que pour une telle réalisation, il ne faut pas compter sur votre banquier, qui n'est là que pour vous proposer une ombrelle les jours de pluie ou un parapluie les jours de soleil ! Surtout lorsque le budget nécessaire est de 450 000 € (dont 120 000 pour le camion) ». N'ayant ni gagné au loto ni hérité d'une vieille tante, il faut trancher dans le vif et vendre la maison-gîte de Sainte-Marie-de-la-Mer. Un changement de vie qui amène Fred et Sylvia à s'installer dans le centre de la France, plus précisément en Corrèze... Français d'un bout à l'autre Autre préoccupation, une fois le camion de base choisi : la construction de la cellule. « En France, la transformation d'un camion en camping-truck n'est pas très répandue. La solution de facilité aurait été de faire appel à un carrossier allemand, plus expérimenté, qui aurait bien sûr préféré travailler sur une base de Man ou d'Unimog... Mais notre souhait était de faire un véhicule français d'un bout à l'autre », explique Frédéric. De longues recherches les mènent alors au carrossier 3C Cartier, un spécialiste lyonnais du camping-car haut de gamme depuis plus de trente ans. Banco ! Le type de cellule choisi est de conception monobloc. Pour ne pas alourdir inutilement l'ensemble, elle doit être réalisée en carbone et kevlar avec un plancher en teck huilé, comme sur les voiliers de luxe. Une articulation centrale 3 points donne à l'ensemble de la souplesse quels que soient les terrains abordés et sert de balancier aux axes de rotation sans contrarier les directions des forces. Les vibrations et chocs provenant de la piste sont filtrés. Pas besoin de faux châssis Le type de fixation de la cellule est issu d'une technique qui a depuis des années fait ses preuves sur tous les camions de course de Renault ou de ses clients engagés en course. La différence, c'est que Frédéric et Sylvia ne feront jamais subir à leur X-Truck la violence des traitements qu'infligent les courses. L'ensemble est capable de supporter 50 t sur l'axe avant et 80 cumulées sur les deux axes arrière. Le poids mort se trouve réduit et l'usage d'un faux châssis évité. Ce dispositif permet de n'accuser sur la balance que de 1,35 t, laissant la possibilité de nombreux équipements à ce camion prévu pour un PTAC de 19 t. Pour l'emménagement, rien n'a été négligé pour rendre les voyages au long cours aussi agréables que possible. Dans les 11 m3 de la cellule, on trouve une cuisine, un frigo, un congélateur, un four, une plaque à induction... L'éclairage direct et d'ambiance est assuré par un nombre important de Led et de cordons de Led. Les haltes sont d'autant plus sympathiques que la télé à écran plat est complétée par un magnétoscope et la climatisation. C'est Sylvia qui fait les honneurs de l'espace de vie. « Le confort est primordial, alors on s'est adressés à des artisans pour la sellerie sur mesure, la table et les sièges ». Côté couchage, en plus de la couchette qui est dans la cabine, on découvre un grand lit de 140 sur 200 dans la partie arrière de la cellule. Et bien sûr des sanitaires. « Là aussi, explique Sylvia, on a vu grand, avec des toilettes et une grande douche, comme à la maison... ». Il y a même une machine  à laver ! L'X-Truck n'a pas fini de nous étonner. Dans la partie arrière gauche de la cellule, sous le couchage, une soute à bagage accessible de l'extérieur reçoit notamment une machine à laver ! Et pour assurer une parfaite autonomie quelle que soit l'aventure vécue, le camion offre une réserve de 580 l d'eau propre, et de l'autre côté peut recueillir 300 l d'eaux usées, ainsi que 150 l d'eau dite « noire » (celle des toilettes). Pour l'alimentation électrique, le X-Truck ne fait bien sûr pas appel aux seules batteries du camion. La partie habitation est alimentée par un dispositif autonome de batteries rechargées notamment par des panneaux solaires et un dispositif Mastervolt de 860 A associé à un onduleur qui transforme le courant en 220 V de 3?000 W pour alimenter les appareils, comme à la maison ! A l'arrière du Renault K380 4x4, on trouve un hayon élévateur spécialement conçu pour la moto de Sylvia, une superbe BMW noire et orange. « Ce sont d'ailleurs ces couleurs qui nous ont guidés pour choisir celles du camion, précise Sylvia. Ce bel orange très flashy transmet un signal pacifique et nous évite d'être pris pour autre chose que pour de gentils touristes. On est loin du vert-gris ou kaki des militaires... ». Si on exclut l'aménagement hors norme, le X-Truck est un porteur Renault K très proche de ses frères routiers ou de chantier, même si un K est rarement pourvu d'une couchette. « On a un moment hésité sur le choix de la puissance, mais très vite on s'est rendu compte que 380 ch, c'est très largement suffisant. Par contre, pour la boite de vitesses, on n'a eu aucun doute : il nous fallait une automatisée Optidriver+ ! Les commandes au volant facilitent bien les choses lorsque les pistes deviennent difficiles ». Activer le mode Off Road par une simple pression sur un bouton au volant est une aide précieuse pour les passages compliqués qui requièrent toute l'attention de Fred ou Sylvia. Quant au dispositif Free Wheel, il permet d'engager les blocages de différentiels facilement, sans faire de gesticulations comme dans certain véhicules tout terrain. Gonflage et dégonflage depuis la cabine Au volant pas de surprise : l'X-Truck reste un K, même si la planche de bord est un peu envahie par le dispositif de gonflage/dégonflage, le GPS, les écrans de contrôle des rétrocameras et caméras de recul (qui la nuit venue deviennent des dispositifs de sécurité). Si à long terme Frédéric et Sylvia ont bien l'intention de faire un vrai tour du monde, pour l'instant ils rentrent d'un voyage de « rodage » au Maroc. Très enthousiastes, malgré les quelques réglages qui restent à peaufiner. « On s'est régalés, que ce soit sur les routes, les pistes ou dans les dunes. Le test de notre Teleflow (gonflage-dégonflage des pneumatiques depuis la cabine) a bien fonctionné aussi ». Pas plus de 29 l au cent  en moyenne... L'autre sujet de surprise pour Frédéric et Sylvia fut la consommation : durant ces 15 000 premiers kilomètre de roulage, elle a tourné autour de 28 à 29 l/100, soit guère plus qu'un gros Toyota 4x4. C'est de bon augure pour le prochain voyage de test qu'organisera le couple, probablement au printemps, vers le grand nord de l'Europe. Il vise le Cap Nord via l'Angleterre, l'Ecosse et l'Irlande. Mais ce n'est qu'une étape de chauffe avant le grand tour du monde ! Marie FRÉOR Sylvia et Frédéric Boureau dans leur espace salle à manger. On remarque la qualité des sièges, les espaces de rangement et la TV écran plat. A l'arrière du X-Truck, un hayon élévateur reçoit la moto. Sur la face avant est installé un puissant treuil Sides. Dans le losange Renault se trouve l'œil de la caméra avant. Les écrans placés sur la planche de bord permettent de recevoir les informations : à gauche le GPS ; au milieu les images des différentes caméras de sécurité, à droite les infos de la pression roue par roue envoyées par le dispositif Teleflow (qu'on voit sur la photo ci-contre). Voyager c'est bien, aider les autres c'est mieux ! Frédéric et Sylvia ne sont pas du genre égoïste. Ils ont décidé de faire de leurs voyages une occasion d'aider les autres, par le biais de leur association Les P'tits Crayons Voyageurs. Explication. «On ne peut pas être indifférents aux pays dans lesquels on se déplace, explique Sylvia. Voilà pourquoi j'ai créé l'association Les P'tits Crayons Voyageurs, qui a pour vocation de faire de nos voyages un lien d'échange. Montrer et expliquer à des enfants étrangers les dessins ou autres objets réalisés par des enfants d'autres pays qu'on visite favorise la connaissance mutuelle ». Sylvia apporte ainsi une forme d'aide humanitaire ou matérielle à l'éducation des enfants. « J'ai eu l'idée de cette association au cours de notre aventure au Maroc, à l'occasion d'une rencontre extraordinaire... Une jeune femme de 28 ans et ses trois petits gamins, sortis d'une grotte de la montagne aride, nous saluaient au bord de la piste d'une vallée perdue de l'Atlas. Un regard, un sourire échangés, et c'est parti ». Le rêve de cette femme, née dans la grotte comme ses enfants, était que ceux-ci puissent un jour aller à l'école. Pour ça, il lui fallait une vraie maison au village, trop éloigné de la grotte. Sylvia et Frédéric lui ont proposé de l'aider à construire cette maison et ainsi d'offrir à ses enfants le choix de leur futur. « Nous allons œuvrer en direct, sur place, pour ce projet, sans intermédiaire, sans fonds publics. Avec l'aide des cahiers Clairefontaine, on a apporté du matériel scolaire dans ce bled Marocain ». L'association Les P'tits Crayons Voyageurs dont s'occupe Sylvia a notamment pour mission d'apporter des fournitures dans les écoles et de créer des liens entre les écoliers des différents pays qu'ils traversent. Ici au Maroc. Photos Fréor et X D.R. Premier exemplaire d'une future série ? Frédéric Boureau, fort de l'expérience qu'il a accumulée en collaborant à la conception et à la réalisation de la cellule très spéciale de son X-Truck, compte bien en tirer parti financièrement. Selon Renault Trucks, l'X-Truck pourrait en effet bien être le premier exemplaire d'une future série. Auquel cas Fred servirait d'ambassadeur pour ce camping-truck en parcourant les salons européens avec le soutien de la marque française. Le proto qui lui sert de véhicule de démonstration présente au public un large panel de ce que l'on peut faire sur un camion. Il se pourrait que les prochaines versions aient par exemple une communication entre la cabine et la cellule. Frédéric peut être contacté via le site x-truckevasions.fr Un pare-soleil offre un peu d'ombre pour déjeuner ou dîner à la fraîche. Mais le meilleur lieu pour observer le paysage reste le toit du K (comme sur la photo ci-dessous)... Renault n'est pas seul sur le créneau Les camions aménagés en camping-trucks sont beaucoup plus répandus en Allemagne qu'en France, et même que dans les autres pays d'Europe. Si vous voulez goûter aux joies du camping-truck à partir de la France, Pierre Combemale (LRC Events) peut vous en louer un. Les Allemands sont les champions des camping-trucks. Cela est peut-être un héritage du fait que la loi allemande offrait jusqu'au début des années 80 la possibilité aux détenteurs de permis voiture de conduire un petit camion jusqu'à 7,5 t... Les retraités peuvent donc en toute logique continuer à profiter de ce privilège, puisque leur permis date d'avant cette époque. Et l'usage des camping-cars ou camions aménagés est tout simplement ancré dans les habitudes des Allemands. Autre pays où les camping-trucks sont très développés : les Etats-Unis. Alors qu'en Allemagne, les camping-trucks sont des tout-terrain construits sur des bases réputées solides et fiables de facture Man, Mercedes ou Unimog, ce sont toutefois généralement des camping-bus routiers qui dominent outre-Atlantique. Côté tarif, le pouvoir d'achat en Allemagne étant largement supérieur au nôtre, les camping-trucks y sont proposés à des prix difficilement accessibles chez nous. Pour répondre à la demande des Français tentés par ce mode de déplacement, Frédéric Boureau compte proposer son X-Truck à 20, voire 25 % moins cher qu'un matériel équivalent chez Mercedes. Sans parler d'acheter un camping-truck, on peut en louer un en France chez LCR Events. Il s'agit d'un super Peterbilt 387 doté d'un moteur Caterpillar C15 de 500 ch. Il est presque aussi bien aménagé que celui de Frédéric Boureau, mais plus spacieux grâce à ses extensions latérales. Si vous êtes intéressés, vous pouvez vous renseigner sur www.lcr-events.com. Photos Fréor et X D.R.