presentationequipeabonnementboutiquepubContact

N°968 - Septembre 2018 Nouveauté Série spéciale chez Renault Trucks Le Tattoo, bel ambassadeur Le Tattoo est le dernier-né des show-trucks de Renault. Destiné à séduire l'œil en marge des courses camions ou autres manifestations publiques où la marque française est présente, son habillage est le produit de l'imagination d'une étudiante en arts plastiques, Anouck Mechet, relayée par le talent du peintre Jean-Claude Violy. Présentation... «L'idée, c'était à la fois de valoriser le conducteur et de se lâcher sur la déco », explique Christophe Guille, un démonstrateur de chez Renault Trucks devenu team manager des essais presse. C'est lui qui a pris en main le projet du show-truck Tattoo et son plaisir à en parler est communicatif. Ce T High un peu déjanté va remplir sa mission d'ambassadeur de la marque sur les événements tels que les 24 Heures du Mans camions, Magny-Cours ou les essais presse. « Il va beaucoup voyager, car tout le monde le veut pour les truck shows européens. Il montre notre savoir-faire, et le fait qu'on peut être un peu fou ! », souligne Christophe. Pour sortir des sentiers battus dans la création de cet habillage très original, Christophe a conclu un partenariat entre Renault et l'école de graphisme Bellecour, à Lyon. Hormis le code couleur imposé par le constructeur (blanc, noir, rouge et un peu de gris), la seule instruction transmise aux élèves était de représenter la vitesse, la robustesse et la puissance. C'est Anouck Mechet, une étudiante de 23 ans en BTS design graphique, qui s'est distinguée en faisant les propositions les plus appréciées. « J'ai opté pour une illustration abstraite faisant cohabiter des lignes fluides symbolisant la vitesse, avec des formes aigues pour la robustesse, et des flammes pour la puissance », explique la jeune femme. Trois propositions ayant été retenues, c'est un vote des internautes sur le site facebook de Renault Trucks qui a déterminé le vainqueur. Anouck y a passé 20 à 25 heures en dehors de ses cours. « Comme j'ai encore deux ans d'études devant moi avant de travailler (de préférence en agence de graphisme), cette commande m'a préparée à la vraie vie ». Et puis l'étudiante a ainsi pu visiter le bureau du design de Renault Trucks, qui lui a donné quelques consignes sur les lignes de vitesse. Les designers l'ont aidée à les créer en fonction de la forme du véhicule. Car son dessin étant adapté à une surface plane, il a fallu quelques ajustements pour épouser parfaitement les courbes du Renault T. « C'est intéressant de voir comment les pros travaillent, avec des vraies tablettes graphiques, raconte Anouck. Alors que nous, à l'école, on se contente de logiciels comme photoshop ou indesign ». Elle qui était à mille lieues du monde du poids lourd a d'abord regardé des photos de camions décorés. « J'ai trouvé ça très chargé... Mais finalement, même mon motif s'est retrouvé chargé. J'ai fait en sorte de recouvrir le camion entier, y compris le toit, pour donner une belle image aux drones. Au final, c'est un immense plaisir de voir ma réalisation personnifiée par un camion ! ». Et dans l'histoire, elle a gagné 800 € de bons d'achat à la Fnac. Ensuite, le peintre sur camions Jean-Claude Violy a pris le relais. Christophe Guille, qui l'a connu par l'intermédiaire du transporteur Gilberttrans(1), a été séduit par sa façon de travailler à l'aérographe. « Sur des manifestations, j'avais vu son Volvo décoré sur le motif de la Grande Guerre, ou son Scania Ghost Rider ». Pour sentir le mouvement Jean-Claude a commencé par imprimer au format A3 les fichiers numériques qu'Anouck lui a envoyés, juste pour les avoir devant les yeux en traçant à main levée sur la carrosserie. « En peignant de cette façon, de façon spontanée, je veux qu'on sente le mouvement, explique-t-il. Ça évite au dessin d'avoir l'air figé. Pour que le Tattoo raconte quelque chose, on a aussi évité les symétries... Et j'ai atténué par endroits les lignes de vitesse, pour augmenter l'impression de dynamisme ». Marie FRÉOR Photos Fréor La création du Tattoo a été supervisée par Christophe Guille (à droite), de Renault Trucks, qui a confié le dessin à Anouck Mechet (au milieu) et la peinture à Jean-Claude Violy (à gauche). Intronisation à la conduite Pour Anouck, la jeune femme à qui Renault Trucks a confié le design de l'habillage du Tattoo, il était impensable de conduire un camion un jour. Le constructeur lui a proposé de faire cette expérience inédite... Le jour où Anouck a découvert la réalité du projet sur lequel elle avait planché, le T Tattoo, elle a eu une deuxième belle surprise : la possibilité de faire un tour de piste, sur le circuit privé de Renault Trucks à Saint-Priest. Elle était bien sûr accompagnée ! C'est Hervé, l'un des membres de l'équipe des essais presse, qui l'a coachée pour ces quelques minutes de pur bonheur. Une fois les sièges ajustés à sa taille et son gabarit, le volant incliné comme il faut et la ceinture bouclée, il ne reste plus qu'à enclencher le levier de vitesse. « La boîte est automatisée et le frein s'enlève automatiquement dès qu'on accélère. Sauf quand le porte est restée ouverte », annonce Hervé. Et hop, c'est parti. « C'est chouette, lance Anouck. Quelques informations me suffisent à conduire ce mastodonte. Faut juste que je m'habitue au gabarit. A côté de ma Panda, ça fait un peu drôle »... Trois tours de circuit plus tard, elle n'en revient pas du confort du siège et de la conduite. Histoire de corser un peu l'affaire, Hervé lui fait faire une petite marche arrière. « Tu tournes la bague du levier vers toi, et tu vois un R s'afficher au tableau de bord ». Quand il faut se résoudre à mettre fin au jeu, il confie à Anouck un « truc » : « Même si tu oublies d'enclencher le frein, en éteignant le contact, ça se fait tout seul et la boîte passe automatiquement en neutre ». L'intérieur du Tattoo comporte de nombreux rappels de la déco extérieure, y compris au plafond... « J'ai affaire à des passionnés » Le peintre Jean-Claude Violy, 56 ans, à qui Renault a confié l'exécution de l'habillage du Tattoo, a commencé tard à s'intéresser aux camions. « J'ai longtemps travaillé dans des boîtes d'enseignes et de marquage. On concevait par exemple des stickers. Mais je ne rêvais que d'une chose : toucher les passionnés de véhicules haut de gamme. Par exemple, une couleur vernie de très belle qualité peut suffire à faire classe ». A 40 ans, il créé donc avec un pote une société de graphisme et peinture. Au bout de cinq ans, la crise de 2008 arrive. « J'avais une femme et un enfant à nourrir, j'ai bossé comme manutentionnaire à charger et décharger les camions. C'est là que les Dépannages Cochet, basés à Genas et Villeurbanne, m'ont relancé pour de faire d'autres camions. Ils m'ont remis en selle ». Cette fois, Jean-Claude adopte le statut d'auto-entrepreneur, travaillant en collaboration avec la carrosserie Mazas Stingre, qui intervient après lui pour le vernissage. « L'un de ses clients, le transporteur Giberttrans, me tournait autour depuis un moment. D'abord, il m'a demandé une carrosserie poncée et vernie pour l'un de ses tracteurs, puis des décors en relief. De fil en aiguille, il m'a fait peindre un camion sur le thème de la Grande Guerre, à partir de photos d'archives qu'il possédait. A côté de son grand-père, j'ai ajouté le mien... ». C'est avant tout le rapport avec le client qui l'intéresse. « On n'est pas mis en concurrence, par exemple. Ce n'est pas un monde de requins ! Comme j'ai affaire à des passionnés, on arrive toujours à s'entendre question budget ». Aujourd'hui, les camions représentent l'essentiel de son chiffre d'affaires, avec en plus des murs intérieurs ou... des gros bidons d'huile qui, une fois peints, sont utilisés comme support ou petite table (très à la mode, paraît-il). Jean-Claude montre la signature qu'il a très discrètement apposée... Une série limitée Renault Sport Racing d'un jaune éclatant Il y a les séries spéciales, mais aussi les séries limitées... Un créneau qui marche bien dans le domaine sportif. Dans le genre, le T aménagé en Renault Sport Racing est assez classe. Renault va lancer sa série limitée du T High Renault Sport Racing. Produit à 100 exemplaires, ce grand-routier propulsé par un 13-litres de 520 ch se distingue par son look d'un jaune très spécifique baptisé sirius par Renault Sport Racing, souligné de noir brillant ou mat. Autre spécificité : il est proposé en trois déclinaisons pour s'adapter aux 18 pays auquel il est destiné (alors que les séries limitées précédentes étaient conçues pour et par la France) : 6x2 pusher (à conduite à droite pour l'Angleterre), 6x2 Tag (notamment pour la Norvège et la Finlande) ou 4x2 (pour différents pays européens). « Le jaune change de couleur selon son orientation au soleil. Cet effet est produit par trois couches nacrées, dont on adopte le principe pour la première fois », précise David Dessenon, responsable produit de ce projet (photo). Ce camion dont le prix n'a pas encore été communiqué pourra être commandé dès le 10 septembre et livré à partir de décembre, selon Catherine Colomb, responsable marketing de cette série. « Il faut compter le temps de l'approvisionnement en pièces, souligne David Dessenon. Car là, on sort du cadre classique, que ce soit pour la barre verticale avec revêtement cuir et surpiqûre jaune, les ronds d'aérateurs jaunes, les entourages de planche de bord en carbone à liseré jaune ou autres multiples détails ». Selon le chef produit, l'ambition de Renault Trucks est de produire une série limitée par an. « Ça montre qu'on sait customiser un véhicule. Au pôle Design, on planche déjà sur la série 2019. Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'après le Team Alpine 2017 et cette série, la prochaine sortira du milieu sportif ». Le Renault Sport Racing sera présenté officiellement sur le stand de l'IAA à Hanovre (20-27/9, puis aux 24 Heures du Mans (29-30/9). Photo X D.R. Photos Fréor Partie pour faire un dessin sobre, Anouck s'est laissée séduire par une grande diversité de lignes, reproduites à main levée par Jean-Claude, à l'aérographe. Le côté conducteur est différent du côté passager, ce qui renforce l'impression que le Tattoo raconte une histoire. Photo X D.R. (1)Basé à Saint-Bonnet-de-Mure, non loin du siège de Renault Trucks à Saint-Priest (Lyon).