presentationequipeabonnementboutiquepubContact

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 16/08/2017 08:38:20 Référence : 45138

Camions en convoi : des missions réelles, avec de vrais conducteurs routiers

Le transporteur et logisticien allemand DB Schenker a créé un partenariat avec le constructeur Man pour faire avancer la technologie hi-tech dont sont dotés les camions qui circulent en convoi (platooning). Un mode de transport qu'il considère comme « totalement transparents, plus rapide et plus respectueux de l'environnement ». Deux éléments nouveaux par rapport au platooning tel qu'on l'a déjà vu fonctionner à titre expérimental : d'une part les tests vont se faire durant plusieurs mois (à partir du printemps 2018) dans des conditions normales de circulation, les camions Man impliqués étant réellement en cours de mission ; d'autre part on trouveRA au volant des conducteurs routiers qualifiés (et non pas des pilotes essayeurs). La portion d'autoroute dédiée aux essais sera cependant limitée au tronçon de l'A9 entre les filiales de DB Schenker à Munich et à Nuremberg. Chaque convoi sera composé de deux camions. Pour commencer, les camions rouleront à vide pour tester les conditions de conduite en situation de trafic ordinaire et former les conducteurs au fonctionnement des véhicules et aux techniques de conduite spécifiques à ces camions. Cette phase sera suivie par des parcours d'essai hebdomadaires, puis quotidiens, jusqu'à trois fois par jour au final. L'objectif final est de répondre à des questions qui s'imposent : quand est-il pertinent de constituer un convoi ? Quelle est la meilleure manière de former et de désolidariser les camions formant les convois selon la situation spécifique rencontrée et les conditions de circulation ? Comment les alertes mises à jour concernant les travaux routiers peuvent-elles être transmises au conducteur de tête afin de désolidariser les véhicules formant le convoi au bon moment, etc.

Et le conducteur dans tout ça ? DB Schenker et Man ne laissent pas cette question de côté. Les données recueillies aideront notamment à évaluer quelles autres activités les conducteurs dans le deuxième camion pourraient être autorisés à effectuer lors des phases de conduite autonome. « Nous voulons aussi découvrir comment cette nouvelle technologie est acceptée par les conducteurs. Autres aspects à approfondit : comment le travail du conducteur peut-il être étendu ou ajusté ; et quels changements cela va-t-il impliquer dans la formation professionnelle et la formation continue ». - MF

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 Envoyer cette brève   Recevoir notre Newsletter

Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail
A quoi sert-il ?
Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a pour but d’améliorer les conditions de travail et de contribuer à la ... +

Vu à Solutrans
Dans le sens du progrès
Les avancées sur tous les fronts observées chez les exposants de Solutrans ont rempli notre panier pour plusieurs mois... Dernier épisode du ... +

Les tendances du TRM
Des camions VO sur les bras
Deux tendances se distinguent dans le monde du transport routier de marchandises aujourd’hui : d’une part les camions d’occasion ont du mal à ... +

Le Bulgare vainqueur de l’Optifuel Challenge
Il est reparti en Renault T
Comme Renault Trucks fait bien les choses, les trois meilleurs conducteurs sélectionnés parmi 29 concurrents à l’issue du concours Optifuel ... +

Vers le déploiement du gaz
C’est la fête à Bourbon-Lancy
Pour un fabricant de moteurs, recevoir un ministre est toujours un événement, surtout lorsqu’il s’agit de celui des transports. C’est l’honneur qu’a ... +

Limitation de vitesse à 80 km/h
Généralisée envers et contre tout
A partir du 1er juillet 2018, la limitation de vitesse sera abaissée de 90 à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles du réseau secondaire non ... +

Année