presentationequipeabonnementboutiquepubContact

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 21/03/2017 08:44:44 Référence : 44480

L'OTRE favorable à un tachy dans les Vul

Parmi les points de divergence entre la FNTR et l'OTRE, Aline Mesples, présidente de l'OTRE, rencontrée dans les allées de la SITL, a évoqué la possibilité d'imposer aux moins de 3,5-tonnes utilisés professionnellement un tachy simplifié, pour limiter les heures passées au volant.
Par ailleurs, elle a souligné la nécessité considérer les routiers étrangers circulant en France comme de travailleurs détachés, ce qui impliquerait de les payer au tarif minimum français. « Avec son statut de conducteur dit hautement mobile, la FNTR ne vise que l'harmonisation européenne, avec à la clé un nivellement par le bas. Pour nous, c'est inacceptable ! ».
Quant au cabotage, il fait réagir Jean-Marc Rivera, le secrétaire général adjoint de la fédé : « Vidalies a soutenu l'obligation de déclaration du salarié détaché. De la même façon, on doit bien aussi être capable de faire une déclaration dématérialisée préalable de l'opération de cabotage ! Une autre façon de nous défendre contre ce fléau par une sanction efficace serait d'immobiliser les camions, car pour beaucoup, payer est trop facile. C'est en tout cas l'une des réflexions qu'a eu un groupe d'étude mis en place sur cette question ».
Enfin, la possibilité pour les patrons routiers de contrôler via internet la validité du permis de conduire de leurs conducteurs inspire à l'OTRE des craintes sur deux niveaux : « Le ministère dit que c'est une simple possibilité, et pas une obligation de droit. Nous, on dit que c'est une obligation de fait ! Car on imagine très bien qu'un chef d'entreprise pourra être responsabilisé en cas d'accident mortel, la loi estimant qu'il aurait dû vérifier que son conducteur avait bien tous ses points par exemple. D'autre part, le dispositif a été confié à l'Imprimerie nationale, qui le fait payer. On a entendu parler de 0,90 euro par consultation, ce qui est cher payé ! ». - MF

Aline Mesples, présidente de l'OTRE (ici à la SITL) et Jean-Marc Rivera, le secrétaire général adjoint, nous ont expliqué les divergences principales de l'OTRE et de la FNTR.

Aline Mesples, présidente de l'OTRE (ici à la SITL) et Jean-Marc Rivera, le secrétaire général adjoint, nous ont expliqué les divergences principales de l'OTRE et de la FNTR.

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 Envoyer cette brève   Recevoir notre Newsletter

La révolution par la dérégulation
Uber va-t-il tuer les transporteurs ?
Les camions autonomes font peur aux conducteurs routiers, qui voient en eux un danger pour leur métier. Mais la profession ferait mieux de se méfier ... +

Camions Euro 6 roulant sans AdBlue
Le scandale des moteurs truqués
Le scandale des millions de moteurs truqués par le groupe Volkswagen et ses différentes marques de voitures n’est peut-être qu’un miniscandale par ... +

Marchandises dangereuses - 1re partie
Définitions et formations obligatoires
Le transport de marchandises dangereuses, de par sa nature et l’importance de la circulation sur certains axes, fait l’objet d’une abondante ... +

Transport d’animaux vivants
Attention, fragile !
Le transport d’animaux vivants nécessite du doigté, que ce soit lors des transhumances ou simplement pour conduire les bêtes à l’abattoir... ... +

Le Nouveau Stralis
Le verra-t-on en 2017 ?
Chez Iveco, on aime le secret, mais le constructeur est bien conscient qu’il faut lâcher des os à ronger. C’est pourquoi depuis quelques années, il a ... +

Nouveau drame sur la RCEA
La Route de la mort a encore tué
Toutes les fois, c’est la même chose : après un accident sur la RCEA, les pouvoirs publics rappellent que des travaux sont en cours pour réduire la ... +

Année