presentationequipeabonnementboutiquepubContact

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 21/03/2017 08:44:44 Référence : 44480

L'OTRE favorable à un tachy dans les Vul

Parmi les points de divergence entre la FNTR et l'OTRE, Aline Mesples, présidente de l'OTRE, rencontrée dans les allées de la SITL, a évoqué la possibilité d'imposer aux moins de 3,5-tonnes utilisés professionnellement un tachy simplifié, pour limiter les heures passées au volant.
Par ailleurs, elle a souligné la nécessité considérer les routiers étrangers circulant en France comme de travailleurs détachés, ce qui impliquerait de les payer au tarif minimum français. « Avec son statut de conducteur dit hautement mobile, la FNTR ne vise que l'harmonisation européenne, avec à la clé un nivellement par le bas. Pour nous, c'est inacceptable ! ».
Quant au cabotage, il fait réagir Jean-Marc Rivera, le secrétaire général adjoint de la fédé : « Vidalies a soutenu l'obligation de déclaration du salarié détaché. De la même façon, on doit bien aussi être capable de faire une déclaration dématérialisée préalable de l'opération de cabotage ! Une autre façon de nous défendre contre ce fléau par une sanction efficace serait d'immobiliser les camions, car pour beaucoup, payer est trop facile. C'est en tout cas l'une des réflexions qu'a eu un groupe d'étude mis en place sur cette question ».
Enfin, la possibilité pour les patrons routiers de contrôler via internet la validité du permis de conduire de leurs conducteurs inspire à l'OTRE des craintes sur deux niveaux : « Le ministère dit que c'est une simple possibilité, et pas une obligation de droit. Nous, on dit que c'est une obligation de fait ! Car on imagine très bien qu'un chef d'entreprise pourra être responsabilisé en cas d'accident mortel, la loi estimant qu'il aurait dû vérifier que son conducteur avait bien tous ses points par exemple. D'autre part, le dispositif a été confié à l'Imprimerie nationale, qui le fait payer. On a entendu parler de 0,90 euro par consultation, ce qui est cher payé ! ». - MF

Aline Mesples, présidente de l'OTRE (ici à la SITL) et Jean-Marc Rivera, le secrétaire général adjoint, nous ont expliqué les divergences principales de l'OTRE et de la FNTR.

Aline Mesples, présidente de l'OTRE (ici à la SITL) et Jean-Marc Rivera, le secrétaire général adjoint, nous ont expliqué les divergences principales de l'OTRE et de la FNTR.

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 Envoyer cette brève   Recevoir notre Newsletter

Le paquet mobilité
Affaibli mais pas vaincu
Les chauffeurs routiers étant exclus de la nouvelle directive européenne sur les travailleurs détachés, les étrangers restent soumis à l’ancienne de ... +

Le Stralis GNL 460 et le X-Way
Iveco continue sa révolution
Si Iveco a ressemblé durant des années à une belle endormie, le constructeur italien s’est bien réveillé en renouvelant entièrement ses gammes : ... +

Solutrans 2017
Ça innove dur
Les grandes nouveautés étaient au rendez-vous au salon de Lyon. Solutrans a accueilli plus de 900 exposants et marques, y compris les constructeurs ... +

L’argent des radars
Fin des idées reçues
Un rapport officiel apporte la preuve que plus de 90 % des recettes des radars automatiques servent à l’amélioration du réseau routier et à d’autres ... +

Nouvelle génération Daf
Dans l’ombre des XF et CF, le petit LF
Si certains constructeurs ont attendu que le carburant flambe pour réduire la consommation de leurs camions, Daf cultive cette façon de faire depuis ... +

Man TGX 18.500
Tout est dans la boîte
La gamme Man TG commence à prendre gentiment de l’âge, mais le constructeur de Munich profite des synergies nouvelles créées par le groupe Volkswagen ... +

Année