presentationequipeabonnementboutiquepubContact

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 11/08/2017 08:33:11 Référence : 45124

Cartel des camions : les transporteurs français davantage floués que leurs homologues européens

Il y a un peu plus d'un an, en juillet 2016, la Commission européenne infligeait au « cartel des camions » une amende record de 2,93 milliards d'euros pour entente illicite sur les prix pendant quatorze ans (entre 1997 et 2011) des constructeurs européens (seul Scania n'est pas en cause pour l'instant), ce qui représente une violation des règles de la concurrence. L'autre aspect de cette affaire, moins connu, est l'impact écologique de ces petits arrangements : l'introduction des normes antipollution a été retardée à partir d'Euro 3, les constructeurs ayant refusé de produire ces nouvelles technologies coûteuses tant qu'ils ne pouvaient en faire supporter le coût par leurs clients (c'est-à-dire tant qu'un prix additionnel ne serait pas fixé).

C'est ce que révèle un nouveau document dévoilé par le quotidien Le Monde, qui montre de surcroît que ce sont en particulier les transporteurs français qui ont payé le prix fort (davantage que leurs concurrents européens) : « Tous les membres du cartel souhaitaient profiter de l'introduction de l'euro en tant que monnaie unique (en 2001). Ils ont estimé que la France avait les prix les plus bas et se sont mis d'accord sur le fait qu'ils devaient être augmentés ». Selon le quotidien, quatre générations de camions de plus de 6 t, de la norme Euro 3 à Euro 6, sont concernées par ces « arrangements » dénoncés par la Commission. Les prix auraient été gonflés d'environ 8 000 euros par camion entre 1997-2011, selon l'ONG Transport & Environment.

Interviewée par Le Monde, Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transports routiers a expliqué qu'il est difficile pour les transporteurs routiers de porter plainte tant qu'une étude économétrique ne permet pas « de connaître le bon prix qu'auraient dû payer les transporteurs et d'évaluer le manque à gagner en termes d'économies de carburants qu'aurait dû permettre une application non reportée des normes Euro ». La responsable de la FNTR précise qu'elle ne peut pas engager de poursuite au nom de ses adhérents, mais qu'un certain nombre d'entre eux ont été « approchés par des cabinets et se sont engagés dans des procédures devant des juridictions en Allemagne et aux Pays-Bas pour réaliser des transactions ». En parallèle, 3 000 transporteurs néerlandais viennent de lancer une action en nom collectif aux Pays-Bas, en comptant bien parvenir à une transaction avec les constructeurs sous la houlette d'un juge, plutôt qu'une procédure litigieuse plus lourde. Ça commence aussi à bouger au Royaume-Uni et en Espagne... - MF

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 Envoyer cette brève   Recevoir notre Newsletter

Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail
A quoi sert-il ?
Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a pour but d’améliorer les conditions de travail et de contribuer à la ... +

Vu à Solutrans
Dans le sens du progrès
Les avancées sur tous les fronts observées chez les exposants de Solutrans ont rempli notre panier pour plusieurs mois... Dernier épisode du ... +

Les tendances du TRM
Des camions VO sur les bras
Deux tendances se distinguent dans le monde du transport routier de marchandises aujourd’hui : d’une part les camions d’occasion ont du mal à ... +

Le Bulgare vainqueur de l’Optifuel Challenge
Il est reparti en Renault T
Comme Renault Trucks fait bien les choses, les trois meilleurs conducteurs sélectionnés parmi 29 concurrents à l’issue du concours Optifuel ... +

Vers le déploiement du gaz
C’est la fête à Bourbon-Lancy
Pour un fabricant de moteurs, recevoir un ministre est toujours un événement, surtout lorsqu’il s’agit de celui des transports. C’est l’honneur qu’a ... +

Limitation de vitesse à 80 km/h
Généralisée envers et contre tout
A partir du 1er juillet 2018, la limitation de vitesse sera abaissée de 90 à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles du réseau secondaire non ... +

Année