presentationequipeabonnementboutiquepubContact

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 06/07/2018 09:48:14 Référence : 46866

Véhicules propres : la Csiam milite pour la neutralité technologique de l'Etat

Concernant le poids lourd, la Csiam (Chambre Syndicale Internationale de l'Automobile et du Motocycle) milite pour deux choses, explique Thierry Archambault, son président délégué. D'abord pour la neutralité technologique de l'Etat, c'est-à-dire que celui-ci doit laisser aux constructeurs le choix de leur mix énergétique, plutôt que de militer pour l'une ou l'autre des technologies. Selon la Csiam, la norme Euro en vigueur la plus récente (en l'occurrence Euro 6) doit être considérée comme la plus propre par définition, alors que certains maires la rejettent au profit de technologies dites propres. Dans la vignette Crit'air notamment, Euro 6 arrive à la 2e place après l'électrique. Les autorités voient l'intérêt de ce principe, mais ne l'ont pas encore inscrit dans la fiscalité. Le deuxième point que défend la Csiam consiste à analyser l'impact environnemental d'un véhicule sur l'ensemble de son cycle de vie, y compris sa conception et sa destruction, et non en se limitant à sa simple phase d'utilisation. Le même principe d'analyse vaut pour le cycle de vie des batteries et celui du carburant. Certaines analyses tendent à prouver qu'ainsi considéré dans sa globalité, un véhicule coûterait moins cher sous l'angle sociétal (même si ce n'est pas directement le consommateur qui en profiterait directement).
Reste à savoir si le consommateur final sera prêt à participer à l'effort collectif en assumant le surcoût de cette démarche de protection globale de l'environnement (qui va même au-delà « du puits à la roue »). Cela impliquerait par exemple d'investir dans l'hydrogène, qui apparaît comme la plus vertueuse des technologies... Dans ce sens, tout un système industriel reste à repenser. - MF

Thierry Archambault, président délégué de la Csiam, aimerait que la norme Euro en vigueur la plus récente (en l'occurrence Euro 6) soit considérée comme la plus propre par définition, alors que certains maires la rejettent au profit de l'électromobilité, notamment (photo Fréor)

Thierry Archambault, président délégué de la Csiam, aimerait que la norme Euro en vigueur la plus récente (en l'occurrence Euro 6) soit considérée comme la plus propre par définition, alors que certains maires la rejettent au profit de l'électromobilité, notamment (photo Fréor)

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 Envoyer cette brève   Recevoir notre Newsletter

Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail
A quoi sert-il ?
Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a pour but d’améliorer les conditions de travail et de contribuer à la ... +

Vu à Solutrans
Dans le sens du progrès
Les avancées sur tous les fronts observées chez les exposants de Solutrans ont rempli notre panier pour plusieurs mois... Dernier épisode du ... +

Les tendances du TRM
Des camions VO sur les bras
Deux tendances se distinguent dans le monde du transport routier de marchandises aujourd’hui : d’une part les camions d’occasion ont du mal à ... +

Le Bulgare vainqueur de l’Optifuel Challenge
Il est reparti en Renault T
Comme Renault Trucks fait bien les choses, les trois meilleurs conducteurs sélectionnés parmi 29 concurrents à l’issue du concours Optifuel ... +

Vers le déploiement du gaz
C’est la fête à Bourbon-Lancy
Pour un fabricant de moteurs, recevoir un ministre est toujours un événement, surtout lorsqu’il s’agit de celui des transports. C’est l’honneur qu’a ... +

Limitation de vitesse à 80 km/h
Généralisée envers et contre tout
A partir du 1er juillet 2018, la limitation de vitesse sera abaissée de 90 à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles du réseau secondaire non ... +

Année