presentationequipeabonnementboutiquepubContact

   

N°993 - Décembre 2020 Texte : Marie Fréor · Photos : Daimler Design L'évolution du poste de conduite D'une simple boîte à un cockpit high tech Il est impressionnant de constater combien l'environnement de travail du chauffeur de poids lourd a évolué en soixante ans. A travers l'exemple de la progression du poste de travail des camions Mercedes (proche de celle des camions des autres constructeurs), il est intéressant de remonter aux années 50, et de suivre le fil jusqu'à nos jours. En quelques décennies, l'environnement de travail du chauffeur routier a évolué de façon assez considérable. Pour ceux qui n'ont pas connu les camions des années 60, 70 ou 80, ou pour ceux qui n'ont pas pris conscience de ce bond en avant, on s'est dit qu'il serait bon de regarder dans le rétro. Il suffit de regarder les planches de bord et les volants des différentes générations pour se persuader de l'importance de la transformation technique que cela représente. Parallèlement à l'instauration d'une réglementation sociale sur les temps de travail, tous les constructeurs ont reconnu le besoin en confort et ergonomie des routiers, et ont mis en œuvre une petite révolution. Que trouvait-on dans les premières générations de camions lourds Mercedes à capot court, de 1958 aux années 90 ? Un tableau de bord en tôle peinte, un volant de grande dimension en bakélite, quelques interrupteurs... et un cendrier ! Mais aussi un grand volant comme sur les LK (Leichte Klasse ou catégorie légère), réputés à l'époque pour leur visibilité et la fonctionnalité de leur habitacle. Cet ancêtre de l'Atego a été construit entre 1984 et 1998. Le poste de conduite d'un tracteur Mercedes 1317 de 1989 est typique des années 1980, avec le marron comme couleur dominante, et un nombre restreint de boutons et de témoins sur le haut de la planche de bord. Une vraie modernisation en 2003 Il a fallu attendre 2003 et la seconde génération d'Actros (construite jusqu'en 2008) pour qu'une vraie modernisation soit enclenchée. Le volant était équipé d'un airbag et d'autres innovations ont vu le jour en ce qui concerne les sièges, le volant ou les commandes, étudiés davantage en adéquation avec les besoins du chauffeur. Le routier était enfin au centre des préoccupations ! C'est là que la planche de bord a commencé à s'enrouler autour de lui, ce qui permettait de positionner le grand nombre de commandes à portée de main. Côté affichage, on voit aussi apparaître un écran central numérique, où on trouve même des informations sur les dispositifs d'assistance. Et pour la première fois, en 2018, un camion a été équipé d'un poste de travail totalement numérique. Le Cockpit Multimédia a été lancé sur le 5e modèle d'Actros, aujourd'hui commercialisé. Deux écrans digitaux haute résolution remplacent la traditionnelle planche de bord à aiguilles. Un écran personnalisable L'écran central peut être configuré selon les goûts du chauffeur, utilisant des graphiques clairs et donnant des infos sur le fonctionnement de l'Active Drive Assist (conduite semi-automatisée), du Predictive Powertrain Control (régulateur de vitesse prédictif), etc. Le second écran, tactile, est utilisé comme un smartphone, avec des touches d'accès rapide à sa base. Le volant multifonction s'est transformé en une sorte de standard téléphonique. Et, élément qui différencie clairement Mercedes de ses concurrents, les rétros sont remplacés par des écrans de MirrorCam sur les montants intérieurs de la cabine. Ils proposent un plus grand angle que des rétros classiques, mais ne font pas l'unanimité parmi les conducteurs... Enfin, la grande avancée des camions d'aujourd'hui est la fameuse connectivité, avec l'envoi et la réception de données aidant à la gestion de flotte et à l'entretien prédictif.