presentationequipeabonnementboutiquepubContact

   

N°1007 - Mars 2022 Texte : La rédaction · Photos : Gilbert Dossier Formation L'urgence de former et de recruter L'activité TRM peine pour cause de manque de conducteurs. Cette situation se produit alors même que l'activité a rebondi ! La formation est l'une des réponses à cette situation. Avec la poursuite de l'e-commerce en 2021 et le boom des livraisons à domicile, le transport et la logistique sont devenus des acteurs clef, et même « indispensables pour faire fonctionner l'économie et répondre aux besoins vitaux de la population », estiment Michel Chalot et Bruno Lefebvre, respectivement président et vice-président de l'OPTL. Au nom de l'Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique, ils ont récemment exposé la situation du secteur du transport routier dans un rapport de plus de 100 pages. Voici une synthèse de cet état des lieux. Face à la reprise, de nombreux obstacles subsistent : « Alors que l'activité a rebondi fortement en 2021, les tensions sur les recrutements se sont avivées : en 2020 le nombre de personnes formées a chuté, du fait des contraintes que la crise sanitaire a fait peser sur l'organisation des formations (fermetures temporaires des centres de formation, puis limitation du nombre de stagiaires accueillis) ». Bien évidemment, la question fondamentale reste l'attractivité des métiers, notamment de conduite (le transport routier en propose des dizaines), et les salaires encore beaucoup trop bas. Les organisations patronales ont consenti, après des mois de négos, une revalorisation des rémunérations à hauteur de 5 % au 1er février cette année et une autre de 1 % au 1er mai. État des lieux Fin 2020, le rapport de l'OPTL a dénombré 755 019 salariés dans le transport routier, dont 402 496 en transport de marchandises, ce qui représente 53,3 % des effectifs du total. Cela comprend l'administration, les caristes, etc. Toutes activités confondues (avec le déménagement, par exemple), la conduite est la famille professionnelle la plus importante avec 510 593 chauffeurs (représentant 68 % des salariés), un chiffre en hausse de 2 % par rapport à 2019, l'écart entre 2019 et 2020 étant de +7 959 conducteurs. L'emploi salarié de la branche partout en hausse Région par région, l'OPTL note « qu'en 2020 par rapport à 2019, les secteurs du transport routier de marchandises et des prestataires logistiques ont créé plus de 16 100 emplois salariés ». Le gros des effectifs du transport routier, on le retrouve surtout dans trois régions. L'IDF remporte la palme et concentre à elle seule 152 392 salariés du transport routier. Vient en deuxième position l'Occitanie (58 924 emplois) et en troisième la région Paca (53 880 emplois). Plus de 40 % en longue distance Il est intéressant d'observer la répartition des conducteurs (voir illustration p.26). 42 % des conducteurs font en effet du régional, tandis que 34 % sont en longue distance. « Sur les 510 593 conducteurs de la branche en 2020, 73 % exercent dans le transport de marchandises (soit près de 372 000 conducteurs), analyse le rapport de l'OPTL. Dans le transport de marchandises, 80 % des conducteurs conduisent des poids lourds (dont les trois quarts opèrent en courte distance et régional) et 17 % conduisent des véhicules utilitaires légers ». 10 % des postes de conduite occupés par des femmes Le taux de féminisation dans les métiers de la conduite reste stable. Les emplois de conduite comprennent 37 % des femmes salariées des entreprises de la convention collective, soit près de 52 800 femmes exerçant un emploi de conduite dans la branche. Cela comprend les transports de personnes, les ambulances, etc. Cependant, elles demeurent minoritaires en TRM (3 %). Dans le transport de voyageurs, les postes de conduite sont occupés à 25 % par des femmes (soit près de 21 000 salariées). C'est dans le transport sanitaire que la part des femmes est la plus élevée (37 %, soit plus de 20 100 conductrices) La tranche 50-57 ans majoritaire en conduite Dans le transport routier de marchandises, les 50-57 ans sont les plus nombreux, soit 107 691. Les moins de 20 ans, 20-24 ans et 25-29 ans sont 2 010, 14 966 et 26 984 respectivement (voir illustration ci-dessus). Dans le déménagement et le transport sanitaire, les moins de 45 ans sont les plus nombreux (respectivement 60 % et 57 %). En marchandises, l'OPTL pointe le fait que les 50 à 54 ans commencent à grossir les rangs suivis des 45 à 49 ans. Les jeunes de 30 ans et moins sont minoritaires. Quel métier attire le plus ? Si en 2020, la branche dénombrait 53 000 offres d'emploi (toutes activités du transport routier confondues), quels sont les métiers vers lesquels les 655 000 demandeurs d'emploi intéressés par les métiers du TRM en 2020 se sont tournés en priorité ? Sachant que la logistique occupe une place de plus en plus importante parmi les choix des métiers dans le transport routier, voici les 3 types d'activités qui avaient le vent en poupe : • Magasinage / préparation de commandes ; • Conduite et livraison par tournées sur courte distance et opérations manuelles d'assemblage ; • Tri ou emballage. La conduite longue distance n'arrive qu'en 5e position... Enfin, en ce qui concerne la conduite, les formations Fimo sont également un bon indicateur. La Fimo marchandises (en cours de carrière) vient en première position, suivie de la Fimo Titre pro conducteur transport routier de marchandises sur porteur, puis la Fimo le Titre pro conducteur de transport en commun sur route. Au total, 34 543 formations de conduite ont été cofinancées par l'AFT en 2020.