presentationequipeabonnementboutiquepubContact

   

N°1000 - Juillet/Août 2021 Texte & photos : Loïc Fieux Reportage Les VO chez Iveco Nouvelle vie pour un Stralis XP 480 L'Iveco Stralis XP disponible sur le marché de l'occasion dispose d'une chaîne cinématique identique à celle du S-Way, au logiciel près. Pour le gestionnaire, un Stralis d'occasion a l'avantage d'être accessible. Parce que cette compétitivité ne doit pas être assombrie par une fiabilité incertaine ou par des qualités routières décevantes, suivons un Stralis au cours de son processus de remise à niveau avant sa recommercialisation, puis essayons-le ensemble. 426 000 km. C'est le kilométrage du Stralis 480 XP que nous découvrons aujourd'hui au garage PLS Orléanais du réseau Iveco. Responsable de ce site implanté entre Beauce et Sologne, Laëtitia Gautrin est une femme d'expérience. « Nos camions d'occasion, nous les connaissons. Nous les avons eus en atelier au cours de leurs premières vies et nous savons quel fut leur usage même lorsqu'il s'agit d'utilisations temporaires ou saisonnières qui peuvent susciter une attention particulière pour l'entretien. Celui-ci est également influencé par le nombre de chauffeurs qui partagent un même camion ». Pour son label OK TRUCKS, Iveco France privilégie des véhicules âgés de moins de quatre ans. Ils ont en général 300 à 360000 km. Laissons de côté la facilité et suivons notre tracteur un peu plus kilométré dans son processus de recommercialisation. Pour Miguel Gonzalez, directeur véhicule d'occasion d'Iveco France, il n'y a pas de débat « Notre seul objectif est la satisfaction et la tranquillité du client. Nous travaillons sur la qualité du matériel revendu en occasion et nous demandons aux ateliers d'être très attentifs. Nous anticipons au maximum les problèmes possibles lors de la préparation du véhicule afin que le recours à la garantie ne soit pas nécessaire. Nous proposons néanmoins une garantie complète pour nos VO. Elle couvre tout, jusqu'à l'interrupteur du lève-vitre ». Les modes de détention ou d'acquisition des véhicules d'occasion proposés par Iveco Capital sont semblables à ceux des véhicules neufs avec des financements sur 24 à 48 mois. La possibilité de souscrire à un contrat d'entretien apporte de la visibilité sur le coût total d'exploitation. « Notre but est de vendre en France des véhicules d'occasion avec les mêmes services qu'un véhicule neuf », explique Miguel Gonzalez. Standards de qualité et coup d'œil expert L'ensemble du réseau Iveco respecte la même liste de vérifications et de remises à niveau avant d'attribuer le label OK TRUCKS à un véhicule d'occasion. Il utilise évidemment les pièces « constructeur » lorsque des remplacements sont nécessaires. Au-delà de cette standardisation de la qualité, c'est sur le savoir-faire de chaque personne à l'atelier que repose la fiabilité du véhicule révisé. Parce que l'apparence et la qualité perçue sont déterminantes, un nettoyage de la cabine en profondeur gomme toute trace d'un précédent utilisateur. La cosmétique est importante, mais la mécanique l'est bien plus encore. Et la mécanique, c'est une histoire de personnes. Romuald de las Heras, chef d'atelier au garage PLS Orléanais, explique « Il y a un point très important, c'est l'écoute du transporteur. Grâce à cela, on peut anticiper les points de fatigue du véhicule et agir en conséquence. C'est un avantage déterminant quand nous préparons les camions pour leurs deuxièmes vies ». Et lorsque le véhicule n'est pas connu du garage, c'est le coup d'œil expert qui fait la différence pour « sentir » le véhicule et identifier les points à vérifier très attentivement. Beaucoup plus qu'un contrôle technique Seul le réseau du constructeur dispose de « valises » de diagnostic capables d'analyser l'intégralité des données du camion. Un tel outil ne peut pas être utilisé par n'importe qui. Chaque technicien ne peut l'activer qu'en utilisant un identifiant qui lui est propre, fourni par le constructeur après une formation spécifique. Christophe Caignault, chef d'équipe au garage PLS Orléanais, explique « Nous passons évidemment en revue tous les points prévus par le contrôle technique réglementaire, mais nous allons beaucoup plus loin et n'avons aucune tolérance vis-à-vis d'un défaut mineur ». Il insiste sur l'importance du passage au banc (freinage, plaques à jeu). Il permet de détecter les jeux dans les pivots, les moyeux ou les balanciers. Lors du contrôle en fosse, les traces de fuite sur le boîtier de direction ou sur les amortisseurs hydrauliques sont recherchées. Les rotules du train avant sont l'objet de toutes les attentions, de même que les coussins de suspension et l'ensemble de la chaîne cinématique. Et ce ne sont là que quelques exemples. Pour Christophe Caignault, « La noblesse de notre métier, c'est de permettre au véhicule de commencer sa deuxième vie avec un capital confiance aussi élevé que lorsqu'il était neuf. Permettre au véhicule de vivre pleinement son âge mûr est le cœur du métier pour un mécanicien. Pour nous, voir le véhicule repartir en deuxième vie, c'est se dire intérieurement ''mission accomplie'' ! ». En route avec un VO Nettoyé dans les règles de l'art, l'intérieur de la cabine de notre Stralis XP 480 ne laisse rien deviner des quatre premières années de sa vie. La sellerie est propre et les tissus ont un bel aspect. Après avoir tourné la clé, le Cursor 11 ronronne agréablement. Sa boîte se place automatiquement en mode Eco et l'aide au démarrage en côte est disponible. On remarque que la vitesse à laquelle le tracteur est limité s'affiche à l'écran. Elle est paramétrable à tout moment en atelier. Grand utilisateur de camions Iveco, Mauffrey a par exemple choisi de limiter sa flotte à 80 km/h. Comme tout véhicule moderne, le Stralis nécessite une mise en main. Sa conduite ne présente aucune difficulté, mais il est indispensable que le chauffeur ait une connaissance précise des possibilités du véhicule afin de tirer pleinement profit de sa capacité à rouler économiquement. Comprendre le mode Eco Si nécessaire, le mode Power autorise des régimes élevés pour aller chercher toute la puissance du moteur. Comme chacun sait, c'est plutôt le couple qui compte. Il se trouve à bas régime et le mode Eco l'exploite intelligemment. L'électronique du Stralis adapte le comportement du véhicule à sa charge. En cas de circulation à vide ou avec un chargement léger, le Stralis bride volontairement sa puissance et décale ses régimes de passage de rapport vers le bas de la zone verte du compte-tours. Pour cet essai, nous ne faisons pas de cadeau au Stralis qui roule à 44 t, et on sent que la semi-remorque pousse fort dans les descentes. L'écran du bloc instruments a la particularité d'afficher des chevrons autour du numéro du rapport engagé. Orientés vers le haut et/ou vers le bas, ils informent le chauffeur du nombre de rapports qui lui sont accessibles autour du rapport engagé s'il décide de forcer manuellement un changement de vitesse. En huitième à 35 km/h, le Stralis annonce qu'il autorise à forcer la montée de trois rapports ou le rétrogradage sur deux rapports. Une minute après un changement de rapport manuel, le Stralis signale par un bip sonore qu'il reprend la main et contrôle à nouveau pleinement la boîte au profit de la consommation. Un intervalle de vitesse facile à régler En conduite « au pied », la roue libre s'active automatiquement au relâchement de l'accélérateur si le contexte le permet et avec une vitesse d'au moins 50 km/h. Le commodo partagé par la boîte, le ralentisseur et le régulateur présente quelques particularités. Deux boutons placés à son extrémité ajustent la vitesse de consigne du régulateur adaptatif (ACC). Les six crans du ralentisseur activent d'abord le seul frein moteur, puis le ralentisseur hydraulique avec 20% de puissance supplémentaire par cran. Le ZF Intarder est sans surprise. Puissant, efficace, rassurant. Pas besoin de se perdre dans des menus pour ajuster l'intervalle de vitesses autorisé au régulateur. Le Stralis a la bonne idée de nous proposer deux boutons pour le régler. Ils sont naturellement situés à proximité des boutons de commande de la boîte de vitesses. On choisira par exemple - 1 et +5 km/h autour de 85 km/h. Après un arrêt au péage, la vitesse de consigne du régulateur peut être rappelée dès 15 km/h. Le véhicule se montre particulièrement silencieux, même à grande vitesse. Iveco enrichit son offre VO En complément de ses Stralis XP 480, Iveco s'apprête à proposer la version XP 510 en fin d'année. Rares sur le marché de l'occasion, des tracteurs d'approche chantier Stralis X-Way 480 avec équipement hydraulique et moins de 250 000 km au compteur se sont fait remarquer mi-2021 dans le réseau Iveco. Le constructeur dispose également de quelques tracteurs gaz Stralis NP400 dont les performances sont adaptées aux dessertes locales. Le NP400 profite également de la vignette Crit'Air 1. Cela fait de lui un choix d'avenir pour les livraisons urbaines. Convenablement entretenu, minutieusement révisé et impeccablement nettoyé, un Stralis vendu sous le label OK TRUCKS, avec des services de garantie, maintenance & réparation, ne se distingue d'un véhicule neuf que parce qu'il est rodé. Son prix est également deux fois inférieur, ce qui n'est pas négligeable. l Aligner la qualité des VO sur celle des véhicules neufs La qualité d'un véhicule d'occasion est déterminée dès sa première vie. Iveco fait en sorte que la configuration de ses véhicules neufs corresponde aux attentes des transporteurs français lors de la deuxième vie du véhicule. Directeur de l'activité véhicules d'occasion d'Iveco France, Miguel Gonzalez explique le retour du buy back chez Iveco « Nous avons cessé de subir le buy back, nous le choisissons. Pour cela, nous appliquons des quotas et nous incitons les clients de nos véhicules neufs à les configurer selon les attentes des futurs acheteurs de VO. Nous cherchons de la puissance, de l'équipement et des véhicules soumis à un contrat d'entretien pendant leur première vie ». L'arrêt temporaire des buy back par Iveco et leur reprise raisonnée ont donc eu pour effet de relever le niveau d'équipement des VO désormais proposés par ce réseau. OK TRUCKS, un label qui se mérite Tous les VO repris par le réseau Iveco n'ont pas droit au label OK TRUCKS. OK TRUCKS est le label de distribution VO du réseau Iveco. Il se fonde sur un cahier des charges qui détermine la préparation du véhicule avant sa deuxième vie. Iveco France cède à des négociants ou exporte les véhicules qui ne correspondent pas au niveau de performances attendu par les transporteurs français. « En France, nous avons la chance de proposer des VO avec de faibles kilométrages, ainsi que des propositions de services de garantie, maintenance & réparation et connectivité. Il y a un changement de mentalité vis-à-vis du VO et une forte demande de véhicules d'occasion en gamme lourde », constate Miguel Gonzalez.