presentationequipeabonnementboutiquepubContact

   

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 25/11/2020 - 8:30 Référence : 51731

Pénurie de conducteurs : la crise du Covid-19 contribue à inverser la tendance

Alors que le marché avait connu récemment une quasi-pénurie de capacités de transport et de chauffeurs routiers, la crise du Covid-19 contribue à inverser la tendance, souligne le quotidien Les Echos, qui considère ce signe comme avant-coureur de défaillances d'entreprises. Selon l'analyse de notre confrère, la plupart des grandes entreprises hexagonales ont beau continuer à tourner (en plus grande proportion en tout cas que pendant la première phase de confinement), la poussée actuelle du e-commerce n'est a priori qu'un feu de paille pour la profession, privée de certains de ses débouchés traditionnels.

Un sondage mené en octobre dernier par bp2r auprès de 191 entreprises du transport routier ou multimodal tend à prouver que le coronavirus a provoqué un écroulement des volumes transportés (supérieur à 5 % sur l'année pour 34 % des répondants). La tendance française des dernières années (manque de chauffeurs qualifiés et de capacités de transport) s'est donc inversée suite au confinement en deux phases et à la fermeture de nombreux magasins. Résultat : pour la première fois depuis 2016, les transporteurs sont plus nombreux à faire état d'une situation de surcapacité que de sous-capacité.

Du coup, après six années très correctes, 68 % des répondants n'ont aucune intention d'accroître leur parc de camions au cours des 6 prochains mois, et 26 % « très peu ». Les constructeurs de poids lourds vont devoir jouer serré... Par ailleurs, même si 10 % des transporteurs interrogés manquent toujours de conducteurs, 52 % des répondants ne prévoient pas d'en recruter dans les six prochains mois.

Les chargeurs vont pouvoir tirer les marrons du feu : face à l'effondrement des volumes à livrer, les transporteurs cherchent à limiter leurs augmentations tarifaires hors gazole à 1,66 % en moyenne, pour les 12 prochains mois.

Les Echos se sont aussi demandé si certains transporteurs n'allaient pas chercher à rentrer sur un créneau en vogue : les livraisons directement chez les consommateurs. Pas vraiment semble-t-il, car ce métier particulier suppose pour les entreprises d'investir dans des petits véhicules électriques ou au GNC. Or les délais pour les obtenir sont longs, et ces Vul ou petits camions onéreux. - MF

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 Envoyer cette brève   Recevoir notre Newsletter

Achat de véhicules propres
Les aides qui existent
Avant de se lancer dans la conversion d’une flotte d’utilitaires ou de camions, il est bon de savoir ce qui existe comme aides. Car le prix d’un ... +

Jean-Claude Moriceau, en CFA
Un routier devenu peintre-copiste
Jean-Claude Moriceau, 64 ans, a opté pour le CFA à 55 ans, début 2012, après une carrière de transport frigo en international. Il avait pas mal ... +

Séverine Bru, 33 ans
Heureuse élue
En visitant l’usine d’assemblage de camions Renault Trucks de Bourg-en-Bresse avec ses patrons, Séverine Bru, conductrice en régional en ... +

Les VO chez Iveco
Nouvelle vie pour un Stralis XP 480
L’Iveco Stralis XP disponible sur le marché de l’occasion dispose d’une chaîne cinématique identique à celle du S-Way, au logiciel près. Pour le ... +

Le grand bluff de l'Urssaf
Les frais de route ont failli devenir imposables !
Le Bulletin officiel de la sécurité sociale (Boss) a pondu de nouveaux textes remettant en cause les exonérations de frais de découcher et de repas ... +

Sylvain Jobard
Profession : routier et coupeur de feu
A 51 ans, Sylvain Jobard roule en national depuis 33 ans. Tout ce qu’il y a de plus normal, apparemment. Sauf que ce conducteur possède quelque chose ... +

Bruno Solo, acteur, réalisateur, scénariste
« Les derniers aventuriers »
Qui ne connaît pas Bruno Solo, notamment pour sa prestation dans Caméra Café au côté de son pote Yvan Le Bolloc’h ? Dans notre rubrique « Libres ... +

Frédérique Thomazeau, gérante de TF&L Trans
Seule issue : s’installer
A priori, Frédérique ne fait jamais relâche. Quand elle n’est pas au volant, cette femme de 44 ans fait la compta et les factures, et gère les deux ... +

Année