presentationequipeabonnementboutiquepubContact

   

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 2/7/2021 - 8:13 Référence : 56203

Marchés du VI et du TRM : les résultats semestriels 2021 présentés par l'OVI sont encourageants

Pour le 1er semestre 2021, que peut-on retenir en matière de santé des secteurs du Transport routier de marchandises (TRM) et du Véhicule industriel (VI) ? L'Observatoire du véhicule industriel (OVI) de BNP Paribas Rental Solutions livre ses conclusions, et annonce la tendance qui se dessine pour le 2e semestre.

Malgré les traces laissées par le Covid, encore difficiles à mesurer, certains indicateurs économiques français sont bons, voire très bons. Mais si la demande est soutenue dans les secteurs du VI et du BTP, ceux-ci sont confrontés à des problèmes de surchauffe liés à la pénurie de matières premières et de composants (dont les microprocesseurs), avec à la clé des délais d'approvisionnement et de fabrication plus longs, voire également des hausses de prix.

Par ailleurs, la multiplication de contraintes réglementaires liées à la transition énergétique complique les investissements des transporteurs. Alors que le transport routier de marchandises a été reconnu comme secteur essentiel pendant la crise, l'activité est toujours en dessous de son niveau d'avant-crise, constate la FNTR à travers son enquête d'opinion : seuls 19 % de transporteurs ont constaté une hausse de leur activité au 1er trimestre 2021. Ils semblent cependant plus optimistes que lors du dernier observatoire et anticipent une hausse de leur activité. Pourtant, ils vont sûrement devoir affronter davantage de taxes pour convertir leur flotte conformément à la transition écologique dans des délais réduits.

L'OVI constate un redressement du marché européen des immatriculations de VI (plus de 3,5 t), surtout en Italie (+46  par rapport au 1er semestre 2020) et dans les pays de l'Europe de l'Est. La France a eu +32 % d'immats et ces bons chiffres se maintiennent, avec 3 800 par mois sur les 5 premiers mois de l'année. Les tracteurs sont les moteurs de la reprise avec plus de 9 500 unités durant la même période, en lien avec des délais de fabrication plus courts et une reprise des flux de marchandises intra-européens. Les porteurs, avec 9 434 immatriculations sur 5 mois, ont connu un niveau supérieur à la moyenne des dix dernières années.

Le marché Vul connaît une très bonne reprise, il pourrait atteindre un exercice record s'il maintient son rythme actuel. Ce marché se montre dynamique notamment du fait de la progression considérable du e-commerce pendant la crise. Quant au marché de la carrosserie, il subit toujours les délais de livraison trop longs et des problématiques d'approvisionnement. Mais les Vul carrossés notamment progressent de 62 % sur les 5 premiers mois de 2021, arrivant non loin du niveau historique de 2019.

Le parc de véhicules utilitaires (VI - Vul) nouvelles énergies en Europe et en France reste modeste au regard des ambitions affichées. Le GNV est le 1er carburant alternatif au diesel pour les poids lourds européens, représentant 99 % des Vul et VI « propres ». Le marché allemand est le plus important dans ce domaine, suivi par la France et l'Italie

Les carnets de commande de VI retrouvent un niveau normal et ont même doublé en ce qui concerne les tracteurs. Par rapport à 2020, la hausse est impressionnante : +85 % pour les tracteurs et +50 % pour les porteurs. Avec la reprise des commandes, les prix des véhicules industriels progressent entre 4 et 5 %, de l'ordre de 4,6 % pour les tracteurs et 4,5 % pour les porteurs.

Dans ses prévisions du 2e semestre 2021, l'OVI table sur un véritable exercice de reprise au regard d'un exercice 2020 marqué par la première phase de la crise sanitaire, mais dont le résultat final sera totalement dépendant des délais de livraisons. En effet, le potentiel de croissance est fort, la demande soutenue, mais cela se traduit par des situations de surchauffe, donc des tensions en termes de prix et de délais sur l'ensemble des filières, en amont sur les matières premières et en aval sur les produits finis. Le marché tracteur est susceptible dans ce contexte de reprendre son leadership, après sa spectaculaire chute de 2020, eu égard aux problématiques globales d'approvisionnement qui touchent le marché porteur, et son cycle long. - MF

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 Envoyer cette brève   Recevoir notre Newsletter

Les VO reconditionnés de Renault Trucks
Une alternativetrès avantageuse
Renault Trucks dispose au sein de son usine de Saint-Priest (Lyon) du plus grand centre VO d’Europe. Avant qu’un camion de la marque soit mis sur le ... +

Solutrans 2021
Très électrique
Etant dans l’obligation de boucler ce numéro le premier jour du salon, notre rédaction se limite ici à évoquer les nouveautés de Solutrans en ... +

Solutrans 2021
Sous le signe de la transition énergétique
Le salon du transport Solutrans, qui se présente comme Carrefour mondial du véhicule industriel et urbain, se tiendra du 16 au 20 novembre 2021 à ... +

Le tachy intelligent 2e génération
Ce qu’il apportera en 2023
Avant le 15/6/19, le tachy numérique dit annexe 1b était la norme. Depuis cette date, tous les nouveaux camions sont équipés du tachy intelligent ... +

Achat de véhicules propres
Les aides qui existent
Avant de se lancer dans la conversion d’une flotte d’utilitaires ou de camions, il est bon de savoir ce qui existe comme aides. Car le prix d’un ... +

Jean-Claude Moriceau, en CFA
Un routier devenu peintre-copiste
Jean-Claude Moriceau, 64 ans, a opté pour le CFA à 55 ans, début 2012, après une carrière de transport frigo en international. Il avait pas mal ... +

Séverine Bru, 33 ans
Heureuse élue
En visitant l’usine d’assemblage de camions Renault Trucks de Bourg-en-Bresse avec ses patrons, Séverine Bru, conductrice en régional en ... +

Les VO chez Iveco
Nouvelle vie pour un Stralis XP 480
L’Iveco Stralis XP disponible sur le marché de l’occasion dispose d’une chaîne cinématique identique à celle du S-Way, au logiciel près. Pour le ... +

Année