presentationequipeabonnementboutiquepubContact

   

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 6/1/2022 - 10:5 Référence : 57228

L'OPTL dresse le bilan de l'emploi et de la formation dans le transport routier

Dans leur dernier rapport, les auteurs de l'Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL) sont longuement revenus sur les conséquences de la crise sanitaire par secteur d'activité. Ils ont souligné le fait que les aides gouvernementales et les PGE (prêts garantis par l'Etat) ont permis de diminuer considérablement les défaillances d'entreprises.

De nouveaux métiers ont vu le jour durant les derniers mois, dans le e-commerce et les services de livraison. Reste que les entreprises peinent plus que jamais à trouver des candidats à l'emploi de conduite. « Alors que l'activité a rebondi fortement en 2021, les tensions sur les recrutements se sont avivées, après la chute en 2020 du nombre de personnes formées, du fait des contraintes que la crise sanitaire a fait peser sur l'organisation des formations (fermeture des centres de formation, puis limitation du nombre de stagiaires accueillis) ».

Le TRV est particulièrement touché, non seulement dans l'activité tourisme mais également scolaire : « Par manque de conducteurs, à temps partiel notamment, exploitant, mécanicien, administratif ayant leur permis D ont dû effectuer des tournées, certains lignes ne sont toujours pas desservies » ont précisé Michel Chalot et Bruno Lefebvre respectivement président et vice-président de l'OPTL, qui ont présenté le rapport avec Valérie Castay, directrice des départements études et projets de l'AFT.

Parmi les chiffres communiqués, on retiendra :

- Plus de 755 000 salariés dans la branche au 31 décembre 2020 (prévisions en 2021 : 780 794).

- L'emploi salarié dans le transport routier et la logistique a progressé de 1,5 % en 2020 (après +2,7 % en 2019), contre -1,7 % dans le reste de l'économie.

- Cette croissance est particulièrement dynamique en Ile-de-France (+3,2 %), Occitanie (+2,9 %) et Paca (+2,4 %).

- Elle est portée par la dynamique du transport routier de marchandises (+4 %) et des prestataires logistiques (+1,6 %).

- Néanmoins l'emploi reste atone dans le transport sanitaire (+0,3 %) et tous les autres secteurs voient leurs effectifs se replier (tout particulièrement le transport routier de voyageurs : -3,4 %).

Des effectifs vieillissants

- Près de 11 500 emplois salariés créés en 2020, dont près de 8 000 dans la conduite routière.

- 71 % des embauches sont en CDI.

- 20 % des recrues en 2020 ont plus de 50 ans.

- Le vieillissement des salariés s'accentue : 42 % ont plus de 50 ans (5 points de plus qu'en 2019). L'âge moyen des salariés de la branche s'établit à 44 ans et demi.

- Environ 12 500 salariés sont partis en fin de carrière en 2020 (+9,5 %).

Malgré la situation sanitaire, les salariés n'ont pas quitté leur poste

- 1 966 conducteurs ont fait valoir leur Congé de Fin d'Activité (CFA) dans le transport routier de marchandises, et 152 dans le transport routier de voyageurs. Malgré la situation sanitaire, ils ne sont pas plus nombreux qu'en 2019 à avoir demandé à bénéficier d'un départ anticipé (-11 %).

- On ne constate pas non plus davantage de démissions. Le taux de rotation de la main d'oeuvre s'est même replié de 3 points par rapport à 2019. Ainsi, un salarié passe en moyenne 8 ans et demi dans le même établissement.

- La part des licenciements économiques dans les départs est très faible (moins de 0,5 %) tandis que la proportion des ruptures conventionnelles s'établit à 5 %.

Un marché du travail en berne en 2020

- Les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi pour les professions « coeur de métier » du transport et de la logistique ont diminué de 10 %, et celles déposées par les entreprises de la Branche, tous métiers confondus, ont plongé de 30 %.

- Dans le même temps, le nombre de personnes recherchant un emploi transport ou logistique s'est replié de 1 % au cours de l'année 2020 par un effet dit de flexion conjoncturelle (la dégradation générale du marché du travail décourage la recherche d'un emploi). Quasiment tous les emplois coeur de métier du transport et de la logistique suivent ce mouvement.

Pour consulter le rapport en entier, cliquez sur le lien rouge tout en bas.

De gauche à droite : Michel Chalot (président de l'OPTL) et Bruno Lefebvre (vice-président).

De gauche à droite : Michel Chalot (président de l'OPTL) et Bruno Lefebvre (vice-président).


Pour plus d'infos, cliquez-ici
 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com

 Envoyer cette brève   Recevoir notre Newsletter

Les VO reconditionnés de Renault Trucks
Une alternativetrès avantageuse
Renault Trucks dispose au sein de son usine de Saint-Priest (Lyon) du plus grand centre VO d’Europe. Avant qu’un camion de la marque soit mis sur le ... +

Solutrans 2021
Très électrique
Etant dans l’obligation de boucler ce numéro le premier jour du salon, notre rédaction se limite ici à évoquer les nouveautés de Solutrans en ... +

Solutrans 2021
Sous le signe de la transition énergétique
Le salon du transport Solutrans, qui se présente comme Carrefour mondial du véhicule industriel et urbain, se tiendra du 16 au 20 novembre 2021 à ... +

Le tachy intelligent 2e génération
Ce qu’il apportera en 2023
Avant le 15/6/19, le tachy numérique dit annexe 1b était la norme. Depuis cette date, tous les nouveaux camions sont équipés du tachy intelligent ... +

Achat de véhicules propres
Les aides qui existent
Avant de se lancer dans la conversion d’une flotte d’utilitaires ou de camions, il est bon de savoir ce qui existe comme aides. Car le prix d’un ... +

Jean-Claude Moriceau, en CFA
Un routier devenu peintre-copiste
Jean-Claude Moriceau, 64 ans, a opté pour le CFA à 55 ans, début 2012, après une carrière de transport frigo en international. Il avait pas mal ... +

Séverine Bru, 33 ans
Heureuse élue
En visitant l’usine d’assemblage de camions Renault Trucks de Bourg-en-Bresse avec ses patrons, Séverine Bru, conductrice en régional en ... +

Les VO chez Iveco
Nouvelle vie pour un Stralis XP 480
L’Iveco Stralis XP disponible sur le marché de l’occasion dispose d’une chaîne cinématique identique à celle du S-Way, au logiciel près. Pour le ... +

Année