logo

 

Laissez-nous votre email
pour recevoir notre newsletter :

 


Fermer

logo
     Se connecter
     Se connecter

Actualités
de la route et des transports
Recevoir notre Newsletter
Articles en accès libre
1. Choisissez un n°
2. Puis un article
Articles en accès libre
1. Sélectionnez un numéro
2. Choisissez un article en accès libre
Actualités de la route et des transports


3 janvier 2023 - (59148)

FAIT DIVERS, SOCIÉTÉ

Quels radars rapportent le plus ?

Plus de 22 millions de véhicules ont encore été flashés en 2021. Parmi les 10 types de radars déployés sur les routes de France, notre confrère L'argus se demande notamment si le radar chantier est toujours celui qui prend le plus d'automobilistes en faute, et si les fameuses tourelles sont à la hauteur de leurs ambitions... La première réponse est oui : les radars chantiers produisent en moyenne deux fois plus de flashs qu'un radar classique, et quatre fois plus qu'une voiture-radar... Leur parc va donc augmenter, logique.

Par contre, il ne reste plus que la moitié des boîtes grises, dont trois générations subsistent au bord des routes. Alors qu'on en comptait plus de 2000 il y a dix ans, il n'en reste plus que 1000 environ, toutes celles gravement vandalisées ayant été remplacées par des tourelles, dont le bilan est pourtant décevant (en-deçà de celui des vieilles boîtes grises) alors qu'elles étaient présentées alors comme le nec plus ultra lors de leur mise en place en 2020.

Il est intéressant de constater que seulement 66,3 % des flashs émis par les radars automatiques en 2021 ont débouché sur un avis de contravention : un tiers des messages d'infraction finissent à la poubelle pour différentes raisons (photos floues, plaques illisibles, étrangers non européens, etc.).

Etonnamment, les radars tronçons (dits aussi de vitesse moyenne), qui sont pour beaucoup en cours de démontage, ont cartonné en 2021 (+140% par rapport à 2020).

Concernant davantage les poids lourds, les radars discriminants, capables de faire la distinction entre voitures et poids lourds afin de tenir compte de leurs limitations de vitesse respectives, sont en voie de modernisation totale, avec l'ajout d'un lidar 3D (laser à balayage en trois dimensions) et de la fonction double face afin de flasher de face et de dos le véhicule en faute (dont à la fois la plaque d'immat et le visage du chauffeur poids lourd dont l'immatriculation de la remorque diffère de celle du tracteur).

Tordant le cou aux rumeurs qui courent, les voitures-radars ont beau être confiées de plus en plus à des prestataires privés, leurs performances ne s'améliorent que doucement. En 2021, leur nombre est passé de 404 à 472, sachant que le programme de leur transfert du public au privé dans huit des douze régions métropolitaines a pris un an de retard.

L'argus souligne que les radars embarqués, surnommés hiboux, utilisés exclusivement par les forces de l'ordre et à l'arrêt, n'ont quasiment pas fait mieux qu'en 2020, signe que les forces de l'ordre ont probablement d'autres chats à fouetter.

Enfin, ça commence à sentir la fin pour les vieux dispositifs de radars de feux rouges, peu à peu remplacés par des tourelles (en principe capables de repérer en parallèle les excès de vitesse), et prochainement par le tout nouveau radar urbain qui ne va plus tarder à entrer en service. - MF

Partager
Alors que les  radars-tourelles étaient présentés comme le nec plus ultra lors de leur mise en place en 2020, leur bilan est décevant.

Alors que les radars-tourelles étaient présentés comme le nec plus ultra lors de leur mise en place en 2020, leur bilan est décevant.

Alors que les  radars-tourelles étaient présentés comme le nec plus ultra lors de leur mise en place en 2020, leur bilan est décevant.

Alors que les radars-tourelles étaient présentés comme le nec plus ultra lors de leur mise en place en 2020, leur bilan est décevant.