logo

 

Laissez-nous votre email
pour recevoir notre newsletter :

 


Fermer

logo
     Se connecter
     Se connecter

Articles en accès libre
1. Choisissez un n° 2. Puis un article
Articles en accès libre
1. Sélectionnez un numéro
2. Choisissez un article en accès libre
Actualités de la route et des transports
Actualités de la route et des transports

Recevoir notre Newsletter

28 juin 2022 - (58255)

ECONOMIE

Marchés du VI et du TRM : l'OVI livre ses résultats et ses prévisions

A l'orée du 2e semestre 2022, l'Observatoire du Véhicule Industriel (OVI) de BNP Paribas fait un état des lieux des secteurs du transport routier de marchandises (TRM) et du véhicule industriel (VI). Le constat global est que le marché a subi un retournement très net qui a sa source fin 2021, alors que la période post covid (de fin 2020 à l'automne 2021) avait marqué une vive reprise bien au-delà des autres marchés.

Outre le contexte économique inhabituel, l'inflation record remet en cause les prévisions de croissance. « La filière VI fait face à plusieurs problèmes dont le plus important est celui du choc de l'offre, avec une hausse des prix des matières premières, dont l'énergie, et de l'ensemble des intrants, qui génère tout à la fois une diminution des capacités d'offre de véhicules, d'où des délais de livraison en hausse, et au final des prix de ventes soumis à de nouvelles clauses de révision... », constate l'OVI, qui note en conséquence une forte croissance du marché du VO, qui lui-même n'est plus suffisamment approvisionné. Le niveau des immatriculations est revenu à celui des années 2013 à 2015.

Le TRM n'échappe évidemment pas à cet environnement économique et se trouve lui aussi confronté à une forte hausse de ses prix de revient (prix du gazole et du GNV, coûts de personnel, tarifs des péages, prix du matériel, coûts d'assurance....). En longue distance, l'inflation du prix de revient complet (avec gazole), évaluée par le CNR, atteint 19% sur l'année 2022. Rien que les prix du diesel ont augmenté de 63% dans le monde depuis janvier 2021.

Selon l'Union internationale des transports routiers (Iru), les marges des transporteurs européens ont chuté de 9 % en deux mois, les plus impactés étant les 90% de petites et moyennes entreprises du secteur. En ce qui concerne la France, le prix du transport routier a augmenté de mois en mois (+4% en avril 2022 par rapport à mars).

Face à un environnement dégradé, les entreprises résistent à la crise malgré la perspective de la baisse progressive des mesures de soutien de l'Etat. Mais face à l'inflation au plus haut depuis plus de 30 ans, qu'en sera-t-il d'ici fin 2022 ?

Partager