logo

 

Laissez-nous votre email
pour recevoir notre newsletter :

 


Fermer

logo
     Se connecter
     Se connecter

Articles en accès libre
1. Choisissez un n° 2. Puis un article
Articles en accès libre
1. Sélectionnez un numéro
2. Choisissez un article en accès libre
Actualités de la route et des transports
Actualités de la route et des transports

Recevoir notre Newsletter

30 août 2022 - (58450)

ECONOMIE

Les prix du transport routier de marchandises en Europe ne devraient pas s'effondrer malgré la baisse de la demande.

L'augmentation des prix du transport routier de marchandises en Europe s'est poursuivie et même accélérée au 2e trimestre 2022, dopée notamment par la flambée des prix du carburant. C'est ce qui ressort de l'analyse de la plateforme Upply, qui précise que l'indice Ti/Upply/IRU des prix du transport routier en Europe atteint des niveaux historiques, après plusieurs trimestres consécutifs de hausse.

L'indice des taux contractuels a progressé de 6,1% en glissement trimestriel, atteignant un sommet à 121 points. Cela représente une hausse de 13,1% par rapport au deuxième trimestre 2021. L'indice du marché spot a quant à lui augmenté quasiment deux fois plus vite, avec une croissance de 11,8% par rapport au T1 2022 et de 20,1% par rapport au T2 2021.

Les prix du gazole sont le facteur d'inflation n°1, comme au premier trimestre 2022. En 2021, ce facteur jouait également, mais la hausse était avant tout tirée par une augmentation de la demande. Bien que l'on constate des évolutions variables selon les pays, le prix du diesel hors taxe de l'UE 27 est en moyenne supérieur de 69% au niveau de janvier. À 1,9 euro par litre, le prix moyen du diesel à la pompe au T2 2022 dans les principaux pays européens affiche une augmentation de 13% par rapport au T1 2022.

Beaucoup de pays ont pris des mesures pour minimiser l'impact de cette flambée des prix du carburant, notamment par le biais d'une réduction des taxes. Mais la hausse reste significative. Le carburant représenterait désormais environ 50% des coûts d'exploitation d'un poids lourd en longue distance, contre plutôt un tiers auparavant.

L'activité économique montre quant à elle de multiples signes de faiblesse, avec un ralentissement dans toutes les grandes économies et des taux d'inflation qui pèsent sur la confiance des consommateurs et des entreprises. L'inflation globale dans la zone euro a atteint un niveau record de 8,6% en juin, le principal facteur de hausse étant le prix de l'énergie.

Aucun élément ne permet à ce jour d'entrevoir un renversement de tendance significatif. Le contexte économique va donc continuer à exercer une pression à la hausse sur les prix, ce qui devrait freiner la croissance et donc la demande de fret routier au troisième trimestre.

Cependant, les prix du transport routier de marchandises en Europe ne devraient pas s'effondrer et vont se maintenir à des niveaux élevés dans les prochains mois. L'accalmie de la demande européenne devrait faire ralentir la pression à la hausse sur les taux de fret routier. En revanche, les transporteurs font toujours face à d'importantes augmentations de coûts (carburant, main d'œuvre...). - MF

Partager