logo

 

Laissez-nous votre email
pour recevoir notre newsletter :

707712


Fermer

logo
     Se connecter
     Se connecter

Actualités
de la route et des transports
Recevoir notre Newsletter
Articles en accès libre
1. Choisissez un n°
2. Puis un article
Actualités de la route et des transports


10 juillet 2023 - (60231)

ECONOMIE

Dernière analyse des marchés du VI et du TRM par l'OVI : des perspectives revues à la hausse

Pour le deuxième semestre 2023, l'OVI (Observatoire du Véhicule Industriel de BNP Paribas) constate que sur les secteurs du Transport Routier de Marchandises (TRM) et du Véhicule Industriel (VI), les perspectives sont marquées par des immatriculations plus dynamiques que prévues et un effet de rattrapage temporaire dû à l'accélération des livraisons (conséquence de l'inertie entre les commandes et les livraisons). Elles sont donc revues à la hausse avec une prévision de 47 000 poids lourds immatriculés d'ici fin 2023.

« Les délais de livraison se réduisent à 289 jours alors qu'ils atteignaient 359 jours il y a un an », souligne l'OVI. Amélioration donc, mais on est encore loin des 87 jours de juin 2019... Un ralentissement est cependant attendu en fin d'année. De leur côté, les exploitants se protègent, rallongent la durée de vie des parcs et reportent les commandes de renouvellement pour survivre dans un environnement instable (calendriers et critères d'accès aux ZFE, prix des carburants, aides et subventions, Eurov7, inflation).

Les prix sur le marché des véhicules d'occasion fléchissent car, du fait du retour des livraisons, la pression sur l'offre de véhicules d'occasion diminue. Les entreprises souhaitant profiter de véhicules neufs peuvent à nouveau le faire.

En France, 2022 a été l'année de l'accélération de l'inflation et de la pénurie de matières premières. 2023 pourrait être plus favorable (les pénuries de semi-conducteurs notamment s'atténuent), mais l'activité a du mal à repartir et une forte distorsion des taxes et des redevances routières pénalise fortement le marché français. En 20 ans, la part du pavillon français dans le transport international est passée de 9,6% à 4,3%. - MF

Partager


 
Articles en accès libre
1. Sélectionnez un numéro
2. Choisissez un article en accès libre